Notre annuaire en ligne vous permet de trouver rapidement et facilement un professionnel de la région Poitou-Charentes ou une adresse dans le département 17 et ce, en seulement quelques clics. Que vous soyez en visite à La Rochelle ou que vous y résidiez, notre annuaire La Rochelle saura se rendre indispensable.

La Rochelle est une ville dynamique aux nombreuses entreprises. Pour un séjour d’affaires ou de loisirs, La Rochelle vous accueille. Recherchez des prospects situés à La Rochelle ou dans le département Charente-Maritime et préparez votre séjour d’affaires en localisant les adresses incontournables de La Rochelle, Charente-Maritime.

La Rochelle

: belle et rebelle

Singulière. Particulière. Balnéaire. La Rochelle ne ressemble à aucune autre ville de bord de mer.Capitale des anciennes provinces de l’Aunis et de la Saintonge, elle ne renie en rien sa tradition maritime et assume son passé composé. Entre les guerres de Religion du 16ème, l’essor économique du port au 17ème et la création de la base militaire de Rochefort au 20ème. Une ville unique. Atypique. La Rochelle, la belle, avec sa vieille ville, la place du Vieux-Marché, les arcades, les rues piétonnes, le charme du Vieux-Port, se veut aussi rebelle. En marge. Différente. Avec sa culture du vélo, ses Francofolies, son ouverture sur le jazz, son pôle universitaire qui compte près de 7 500 étudiants et 3 unités de recherche. Sans oublier ses 4 ports –le Vieux-Port, Chef de Baie (pêche), La Pallice (commerce) et Les Minimes (plaisance)-, qui lui valent le qualificatif de « Porte océane ». Sans cesse là où on ne l’attend pas, La Rochelle surprend jusque dans le domaine nautique : son port de plaisance est le premier du littoral atlantique et actuellement, le délai d’attente pour décrocher une place au port est estimé à… 10 ans ! Enfin, ville verte, l’agglomération rochelaise compte 700 jardins familiaux, 4 700 m² de panneaux photovoltaïques installés sur les bâtiments publics et près de 50 m2 d’espaces verts/habitant, contre moins de 6 m2 à Paris. Paris qui n’est qu’à 3 heures de la gare, dont la façade est recouverte de poissons, crabes et coquilles sculptés : ce qui rapproche les citadins de la mer et les Rochelais de la capitale.

Vivre à La Rochelle

Préfecture de la Charente-Maritime, La Rochelle compte près de 80 000 habitants, 3 plages et 4 ports. Située en bordure de l’océan Atlantique, elle accueille chaque année pas moins de 4 millions de touristes et une centaine de manifestations nautiques.
Les appels d'urgence
  • Urgences médicales / Samu : 15
  • Police: 17
  • Sapeurs pompiers: 18
  • Urgences sociales /SOS sans abri: 115
  • GDF dépannage (gaz de ville) :: 0 800 47 33 33
  • Centre anti poison de La Rochelle : 05 56 96 40 80
  • Urgences générales, Hôpital Saint-Louis: 05 46 45 66 26
  • SOS Médecins La Rochelle : 0 826 46 15 15
  • Maison Médicale de Garde: 05 46 27 55 20
  • Commissariat central : 05 46 51 36 36
Les Institutions
  • Mairie de La Rochelle
  • Préfecture de Charente-Maritime
  • Centres des Impôts
  • CAF - Caisse d'Allocations Familiales
  • Police Municipale : 05 46 51 50 60
  • Santé
  • Caisse Primaire d'Assurance Maladie – CPAM
  • Groupe HospitalierLa Rochelle - Ré - Aunis: 05 46 45 50 50
  • MDPH
  • Numéros Utiles
  • Objets Trouvés: 05 46 51 79 33
  • Fourrière Automobile: 05 46 55 30 48
  • Perte ou vol de cartes bancaires: 0 892 70 57 05
  • Fourrière animale: 06 87 39 34 71
  • Interflora : 08 99 23 50 99
  • Allo Ciné: 08 99 23 50 94
  • Météo France: 08 99 71 02 99
  • Entretien, dépannage


    Médecins et spécialistes


    Pharmacie et santé


    Restaurant


    Administrations et associations


    Banque


    Avocats et conseil juridique


    Immobilier


    Services aux entreprises


    Voiture et moto


    Bricolage, fleuriste et autres commerces


    Autres domaines d'activités


    Alimentation


    Hôtel et tourisme


    Beauté


    Vêtements, chaussures


    Art et culture


    Bâtiment


    Assurances


    Education et formation


    Fabrication et commerce de gros


    Sports


    Maison et jardin


    Meubles, articles de décoration


    Voir toutes les catégories de La Rochelle

    Voir l'annuaire particulier de La Rochelle

    Se déplacer à La Rochelle

    Cité avant-gardiste dans l’introduction du vélo en ville, La Rochelle a opté pour le système du deux roues en libre service depuis 1974. Les fameux « vélos jaunes » rochelais -350 au total- sont à disposition, 24 heures sur 24, dans les quelque 54 stations réparties à travers la ville. Avec, pour circuler en toute sécurité, pas moins de 160 kilomètres de pistes cyclables. Résultat : aujourd’hui, La Rochelle fait partie du peloton de tête des villes françaises qui utilisent le plus le vélo, avec 10% des déplacements réalisés à bicyclette. Parallèlement, la ville dispose de 25 lignes de bus en semaine et 5 le dimanche. Celles-ci desservent l’ensemble des 18 communes de l’agglomération rochelaise. Des minibus, spécialement équipés, sont également affectés au transport des personnes à mobilité réduite. Tout comme un taxi de type monospace, qui peut accueillir un fauteuil roulant et quatre accompagnateurs. Ajoutons à cela un service de transport à la demande : le conducteur dépose l’intéressé à l'arrêt de bus le plus proche de son lieu de destination ou à l'un des trois arrêts référencés du centre ville de La Rochelle.
    Quant aux 2 bus de mer, au départ du Vieux Port ou du port des Minimes, ils permettent de relier la ville historique au plus grand port de plaisance d’Europe, en 20 minutes chrono. Ces bus de mer sont des bateaux électro-solaires d’une capacité de 33 passagers chacun. Citons aussi les 2 passeurs électriques mis en place pour traverser le chenal du Vieux-Port. Sans oublier la cinquantaine de voitures, électriques elles aussi, en libre-service dans la ville. En marge du vélo, toutes ces solutions sont autant d’alternatives pour se déplacer « écolo ».
    Liens utiles
    • TER Poitou-Charentes: 0 810 810 888
    • Régie des Transports en Commun Rochelais: 0 810 17 18 17

    Découvrir La Rochelle

    La Rochelle, le soir, c’est flâner sur le port. Pousser la porte d’un café, boire un apéro en terrasse, s’installer face à une assiette de fruits de mer. On aime la Cave de la guinguette, une institution depuis 1933, ancien repaire de marins, située autour du Vieux-Port. On ne voit plus le temps passer aux Mauvais Garçons et à La Bergamote, deux bistrots emblématiques autour de la cour du Temple, où la bière coule à flots. Plus classiques et plus touristiques aussi : les bars de l’aquarium et du Musée maritime. Mais on y va quand même pour la vue unique sur les ports de la ville. La Rochelle, à la nuit tombée, c’est aussi regarder la programmation de La Coursive, la scène nationale de la ville. Théâtre, cinéma et musique : cette scène s’ouvre à tous les genres et tous les styles. Même scénario au Carré Amelot, qui propose des spectacles pour tous les publics, ainsi que des expos de photo dans sa galerie. Quant à la Comédie La Rochelle, comme son nom l’indique, ce théâtre de 160 places est entièrement dédié à l’humour, avec des pièces contemporaines et autres one man shows. L’Espace Encan, pour sa part, mêle théâtre classique, contemporain et de boulevard dans un auditorium ultra confortable de quelque 800 places.
    Côté concerts pop, rock, jazz, world, électro… c’est à la Sirène que cela se passe. Une scène nationale, qui a le vent en poupe. Avant ou après, on peut également se faire une toile au Méga, au Dragon, ou dans les salles classées art et essai de La Coursive et de l’Olympia. Ce dernier compte 3 salles et il est aussi cher aux Rochelais que le Café de la Paix, voisin du cinéma et resté dans son décor Belle Epoque, classé Monument historique. Simenon venait y prendre des notes pour ses romans policiers. Mais La Rochelle s’encanaille aussi. Que ce soit au Casino Barrière, ouvert 7 jours sur 7 et jusque tard dans la nuit, qui compte plus de 150 machines à sous, Back Jack, roulette anglaise, poker room… Ou encore au Strass, un cabaret avec revue et formule « dîner-spectacle ». Enfin, pour le dernier verre ou la petite faim de la nuit, on peut se laisser tenter par Ze Bar : ce bar à vins « natures », car issus de l’agriculture bio, propose des tartines de charcuterie, fromages, foie gras, mais aussi des huîtres. La carte des vins, elle, affiche quelque 200 références qui varient selon les trouvailles du moment. A consommer au comptoir ou sur des tonneaux, dans une ambiance toujours festive. La Solette, et sa charmante terrasse, est aussi une belle adresse de fin de soirée. Quant au Grillardin, il fait la part belle aux viandes et grillades, jusqu’à 1 heure du matin. L’été, la terrasse affiche complet.
    L’une des curiosités de La Rochelle, c’est son aquarium. Avec plus de 800 000 entrées par an, c’est le plus visité de France. Idéalement situé au centre de la ville, il permet de partir à la rencontre de quelque 12 000 animaux marins, de la méduse au requin, dans 3 millions de litres d’eau de mer. Fascinant. Epoustouflant. Avec un parcours à la hauteur des yeux des enfants, pour qu’ils en voient et en apprennent autant que les plus grands. Signalons aussi une boutique-librairie et le Café de l’aquarium qui propose une carte de saison, des produits bio et une vue sur le Vieux-Port.
    Tout aussi aquatique : le Musée maritime. Un musée pas comme les autres, puisqu’il se compose de différents bateaux à visiter. A l’instar du France 1, dernière frégate météorologique, qui dispose désormais d’un bar à bord, ou du chalutier de pêche arrière, L’Angoumois. A ne pas manquer : le parcours « spécial moussaillon », destiné aux enfants. Des enfants qui aimeront également déambuler dans le musée des Automates, où plus de 300 personnages en mouvement racontent la vie rochelaise. A découvrir aussi : la reconstitution du quartier de Montmartre à l’aube du 20ème siècle, avec peintres, musiciens, passants… on s’y croirait ! Quant au musée des Modèles réduits, voisin de celui des Automates, il présente de nombreuses maquettes d’automobiles, bateaux anciens, scènes navales, sans oublier les trains électriques et autres scènes ferroviaires. Au musée du Nouveau monde, comme son nom l’indique, on s’intéresse au commerce avec… le Nouveau monde. Mais aussi à l’histoire du Canada, aux Indiens et à l’esclavage. Le tout dans un sublime hôtel particulier du 18ème, ayant appartenu autrefois aux Fleuriau, une riche famille de planteurs. Autre ambiance et autre époque : le musée de la 2ème Guerre mondiale, installé rue des Dames –en plein centre-ville-, dans un bunker entièrement réhabilité.
    Plus classique : le Museum d’histoire naturelle invite à un voyage au cœur d’impressionnantes collections naturalistes et ethnographiques, rapportées du monde entier et installées dans un hôtel particulier du 18ème. Avec, au sous-sol, dans une cave voûtée, une multitude de fossiles marins, cristaux et minéraux. Enfin, le musée des Beaux Arts mérite une visite sans se soucier du temps qui passe. Et pour cause : situé dans l’hôtel de Crussol d’Uzès, ancien palais épiscopal du 18ème, il propose notamment une immersion dans la peinture européenne du 15ème au 20ème. Il faut aussi flâner au rez-de-chaussée, où l’espace d’art contemporain accueille chaque année pas moins de 4 expos temporaires. Des ateliers et des rencontres sont également organisés en présence des artistes. Une occasion d’appréhender l’art autrement.
    Les grands rendez-vous :
    Janvier :
    -Cinéma japonais : le Carré Amelot se met à l’heure du Japon et du 7ème art durant 3 jours, chaque année fin janvier. Tous les films sont en version originale sous-titrée et l’entrée aux séance est gratuite.
    Février :
    -Salon Habitat : pendant 3 jours, fin février, quelque 160 professionnels se réunissent à l’Espace Encan pour parler habitat d’aujourd’hui et de demain. Pas moins de 12 000 visiteurs sont attendus à chaque édition.
    Mars :
    -Le WebProgram Festival international : il s’agit du premier festival international entièrement dédié aux contenus créatifs conçus pour le web. Réalisateurs, scénaristes, producteurs, infographistes, designers, comédiens, auteurs, compositeurs, éditeurs, universitaires, étudiants, community managers de grandes marques... tous se retrouvent à La Rochelle durant 3 jours, fin mars.
    Avril-Mai :
    -La Rochelle Dixie Jazz : de la fin avril jusqu’au début du mois de mai, ce festival fait revivre la tradition des « Dixieland Jubilee » de la Nouvelle-Orléans et autres « contests » entre jazz-bands. Au programme : de nombreux concerts, des animations qui vont de déambulations spontanées dans les rues aux dîners-jazz, en passant par les parades, les aubades… -Festival international des très courts : début mai et durant 2 jours, une cinquantaine de très courts métrages, venus du monde entier, sont en compétition au Carré Amelot. Toutes les catégories et tous les styles sont les bienvenues. Du moment que le film ne dépasse pas les 3 minutes.
    Juin-Juillet :
    -Cavalcade : chaque année, durant toute une journée de juin, des défilés de chars, décorés et colorés, ont lieu sur le Vieux-Port et dans les rues de la ville. -Fête du port de pêche : à chaque printemps, les comités de quartier et associations de La Rochelle se rassemblent à Chef-de-Baie et invitent l’ensemble des Rochelais à découvrir et déguster des recettes simples de produits de la mer. L'objectif ? Valoriser les activités maritimes locales et sensibiliser le public aux produits de la mer estampillés « Savoir-faire La Rochelle ». -Sunny Side of the Doc : c’est le plus important marché international du documentaire. Sunny Side est le rendez-vous annuel de 2 000 professionnels venus de tous les pays du monde : ils se retrouvent pendant 4 jours, fin juin, à l’Espace Encan.
Avec également des projections et autres avant-premières dédiées au grand public. -Festival international du film : de la fin juillet et durant toute la première semaine de juillet, ce festival met en compétition une sélection de longs et courts métrages venus du monde entier. Tous les cinémas de la ville sont mobilisés. -Francofolies : créé en 1984 par Jean-Louis Foulquier, ce festival de la chanson francophone est intimement lié à l’image de La Rochelle. Chaque année, il réunit quelque 100 000 spectateurs et une centaine d’artistes, durant 6 jours de concerts non stop, à travers toute la ville. -Théâtre en été : chaque année, fin juillet, une soixantaine de représentations de compagnies amateurs, semi-professionnelles ou professionnelles, investissent la ville durant une semaine. Au programme : théâtre classique ou de rue, burlesque, conte, poésie… face à 5 000 spectateurs, de tous les âges. -Classique au port : ce festival de musique classique s’adresse aux mélomanes comme aux vacanciers. Les concerts ont lieu notamment sur le Vieux-Port et dans l’église Saint Sauveur. Quelque 6 000 spectateurs s’y pressent chaque année, durant 3 jours, fin juillet.
    Août :
    -Jazz in Août : concerts gratuits de jazz durant 3 jours, mi-août. Avec la possibilité pour des groupes amateurs de se produire face à un public. L’événement est parrainé par le musicien Didier Lockwood.
    Septembre :
    -Festival international de Scrabble francophone : chaque année, fin septembre et durant 5 jours, les meilleurs joueurs de Scrabble francophone s’affrontent à l’Espace Encan. -Grand Pavois : il s’agit du premier salon nautique à flot d’Europe. Avec un pays invité d’honneur à chaque édition. Une édition qui dure une semaine dans le Port des Minimes, avec 700 bateaux, dont 300 à flot, et 110 000 visiteurs qui arpentent les pontons. -Festival de la Fiction TV : événement incontournable de la création audiovisuelle francophone, ce festival réunit comédiens, scénaristes, réalisateurs et producteurs, durant 5 jours mi-septembre. Le public peut assister gratuitement à toutes les projections organisées –au cinéma Le Dragon et à La Coursive-, dans la limite des places disponibles. -Ville sans voiture : chaque 22 septembre, on circule sans voiture dans La Rochelle. C’est la première ville de France à avoir organisé une telle journée.
    Octobre :
    -Festival de jazz entre les deux tours : durant une semaine, La Rochelle vit et vibre au son du jazz. Un jazz très varié, qui couvre aussi bien le New Orleans que le manouche, le be bop, le swing ou encore l’électro. Chaque soir, un ou plusieurs concerts sont au programme. -Festival du film éco-citoyen écran vert : chaque année, début octobre et pendant 5 jours, ce festival rassemble les passionnés d’écologie et de cinéma. Projections, débats et animations rythment l’événement qui a lieu à La Rochelle, mais aussi à Rochefort, Saint Pierre d’Oléron ou encore à Fouras. -Salon de la décoration intérieur et extérieure : fin octobre et durant 4 jours, l’Espace Encan devient un gigantesque showroom pour les pro de la déco. Dernières tendances, conseils déco, rencontre avec des designers, décorateurs, architectes d’intérieur, créateurs de luminaires, ébénistes... : le salon est un vivier d’idées et de savoir faire pour rénover ou embellir la maison.
    Novembre :
    -Festival du film d’aventure : mi-novembre et durant 4 jours, le Festival du film d’aventure s’installe à l’Espace Encan. Au programme : sensations, émotions et frissons sur grand écran. Avec une compétition à la clé, pour sélectionner les meilleurs films. Sans oublier les débats et rencontres avec les aventuriers, réalisateurs et écrivains présents. -Salon du chocolat : fin novembre et durant 3 jours, les amateurs de chocolat se retrouvent au Parc des Expositions. Chefs, pâtissiers, chocolatiers, glaciers multiplient les performances et les séances de dégustation. De quoi faire craquer tous les croqueurs de chocolat. -Rallye d’automne : chaque année, début novembre, ce rallye de voitures anciennes rassemble pilotes et passionnés de course automobile. Les participants sillonnent la Charente Maritime pendant 3 jours. -Salon des antiquaires et de la gastronomie : chaque année, mi-novembre, le Parc des Expositions accueille à la fois le Salon des antiquaires et le Salon de la gastronomie. Le premier réunit une centaine d’exposants, qui présentent mobilier, bijoux anciens, argenterie… Avec une grande brocante, le dernier jour, pour clôturer l’événement. Le second rassemble des producteurs venus de toute la France, pour faire découvrir leurs spécialités gastronomiques et culinaires. -Escales documentaires : début novembre et pendant une semaine, une dizaine de documentaires de création sont en compétition dans le cadre de ce festival. Des rencontres entre le public et les réalisateurs sont organisées, ainsi que des débats sur les sujets d’actualité abordés dans les films projetés. -Marathon de La Rochelle : le saviez-vous ? Le marathon de la Rochelle est le 2ème plus important marathon de France, après celui de Paris. Il réunit chaque année, le dernier dimanche de novembre, quelque 9 000 coureurs sur différents parcours : marathon, semi-marathon, 10 kilomètres.
    Décembre :
    -Marché de Noël : chaque année, durant tout le mois de décembre, la Rochelle installe son marché de Noël sur la place de Verdun. Chalets en bois illuminés, manèges, marchands de crêpes, chocolats, pâtisseries, confiseries, artisans locaux et dégustation de vin chaud : rien ne manque pour fêter la fin de l’année.

    Se faire plaisir à La Rochelle

    Un air marin souffle sur les boutiques rochelaises situées aux abords du Vieux-Port. Armor lux et Blue Marine, côté vêtements. Via Maris, côté déco, objets, accessoires. Sans oublier la maison Farol, pour les fans de couteaux marins, de poche et de table, fabriqués à l’ancienne. Plus attendues : les Galeries LaFayette trônent rue du Palais. Idéal pour trouver vêtements, accessoires, idées de cadeaux en tout genre. Mais si l’on veut personnaliser davantage un achat, il faut pousser la porte de la Maison d’Ambre, par exemple. Spécialisée dans les parfums et les senteurs pour la maison, cette enseigne décline aussi l’ambre en bijoux : pendentifs, bagues, colliers… tout est beau et singulier. A l’instar des créations proposées à la Villa d’Este. Un nom qui sent bon l’Italie, face à l’Atlantique : original. Pas banal. Malgré ce décalage sémantique, il fait bon flâner dans cette boutique de déco, où mobilier contemporain côtoie linge de maison, bougies parfumée, objets du quotidien. Et puis, un détour par l’atelier-boutique Matlama s’impose. Ici, dans cette ancienne case de mareyeur, située quai Louis Prunier, on crée des paniers, sacs, sacs marins, qui mêlent design audacieux et matériaux détournés, telles que la bâche de piscine ou la voile de bateau.
    Côté douceurs à rapporter ou à déguster sur place, Le Comptoir charentais offre un panorama fidèle du patrimoine gourmand de la région. Pineau des Charentes, produits de la mer, sel de Ré ou Noirmoutier, confitures… on peut facilement remplir son panier ! Pour les amateurs de galettes, c’est à La Trinitaine que cela se passe. Ou encore dans les supermarchés, épiceries, boulangeries qui vendent la fameuse Galipote : une galette locale en forme de fantôme et à base de beurre AOP (appellation d’origine protégée). Son petit modèle est idéal pour tremper dans le café. Quant aux pâtisseries et autres douceurs sucrées, il faut goûter celles de la maison D’Jolly, qui compte 2 boutiques à la Rochelle. Ici, le chocolat est travaillé avec un minimum de sucre et les ganaches aux fruits font référence. Un mot des glaces : elles sont à déguster chez Ernest Le Glacier. Avec une centaine de parfums à la carte, dont une douzaine de chocolats différents. Sans oublier, la spécialité : la glace « cara’sel », à la fleur de sel. Les saveurs venues d’ailleurs se cachent, pour leur part, au Piment Bleu, rue Gargoulleau. Cette boutique abrite des épices du monde entier : une véritable invitation au voyage ! On aime aussi le pain travaillé comme autrefois et proposé à la Ferme de Nine, au marché central. Le caviste Floirat est la bonne adresse pour ne pas se tromper dans le choix d’un bon cru. Et côté poissons, la pêche du matin qui s’étale chez Mélie, au marché central, vaut le détour.
    Enfin, pour prendre soin de soi entre une séance shopping et une balade en ville, le spa de l’hôtel La Monnaie est une curiosité. Imaginé par l’architecte Philippe Lucazeau, ce 4 étoiles conjugue design et art de vivre, couleurs et vieilles pierres : il apporte une touche d’audace dans une demeure du 17ème, à deux pas du Vieux-Port. Même scénario au spa, doté de 2 tables massantes sur lit d’eau –pour des massages anti-stress, anti-mal de dos, anti-fatigue…-, d’un jacuzzi à débordement avec chromothérapie, d’un sauna et d’un espace détente aménagé avec des lits de relaxation et un bar à infusions.
    Liens utiles

    Sortir à La Rochelle


    Tag pub 300*250 a mettre ici
    A La Rochelle, les touristes privilégient les poissons, les fruits de mer. Et les étudiants, les tapas. Si bien que la plupart des restos s’inspirent de la mer et les bistrots ou autres bars à vins jouent sur les tartines et le snacking chic. Du côté de la vieille ville et du Vieux-Port, Le P’tit Bleu reflète bien cette double tendance, avec moules, huîtres, crevettes, sardines grillées, à déguster avec ses doigts, un verre de blanc et face à la mer. Les amateurs de viande, quant à eux, iront plutôt au Bistrot de l'Annexe, tout proche, où le tartare a la cote. Un brin plus sophistiqué : le Bistrot de Rémi Massé, à l’excellent rapport qualité-prix. Et plus déluré : Chez Lulu, où l’on flashe sur la déco rose bonbon et les plats à la plancha.
    Près du marché central, le Bistrot de Mémé a ses habitués. Normal : on s’y sent vite comme chez soi, avec un décor fait de bric, de broc, et une carte où les plats rappellent ceux de nos grands-mères. Ici, les « tartares de Papou » se décline de 6 façons différentes : rien que ça ! Dans le même quartier, la Crêperie des Halles propose une pléiade de crêpes et galettes, excellentes et à prix mini. Et, rue Gambetta, la Caisse à Jus mêle déco vintage, plats créatifs et clientèle branchée. Enfin, deux institutions rochelaises, typiques Belle Epoque : le Café de la Paix et Les Quatre Sergents. Le premier sert un très bon Parmentier de canard et un riz au lait « maison ». le second attire non seulement pour sa sublime verrière 1900, mais aussi pour sa carte en version très originale : ici, la crêpe est gratinée, la chair de crabe fumée, la daurade à la plancha, le dos de cabillaud rôti à l’huile de basilic et la mouclade rochelaise se marie au safran du marais poitevin. C’est chic, c’est fin, c’est bien fait pour nous !

    Flaner à La Rochelle


    Tag pub 300*250 a mettre ici
    Que l’on ait du temps ou pas, flâner dans La Rochelle c’est avant tout découvrir le Vieux-Port et la vieille ville. S’y balader. Regarder. S’offrir un café à l’une des nombreuses terrasses, face à l’océan. Dénicher un souvenir rue du Temple. Puis, on s’attarde rue Saint Sauveur pour son église éponyme : bâtie au 12ème, elle a subit deux incendies. Si bien qu’il n’en reste plus qu’une façade refaite au 17ème. Rue de l’Hôtel de Ville, c’est l’édifice gothique de la mairie qui vaut le coup d’œil. Puis, rue des Merciers, la plus ancienne rue commerçante de La Rochelle, place aux maisons à colombages. On flâne, on marche, on se promène dans le passé. Jusque sur la place du marché, dont les halles datent du 19ème. Ou le temps d’une pause au Café de la Paix, à la déco typique des années 1900. Un peu plus loin, on s’étonne devant la cathédrale Saint Louis, qui paraît inachevée. Et elle l’est ! Construite à partir 1742, on n’a pu la terminer faute de moyens financiers… On s’émerveille devant la beauté de la façade sculptée de la maison de Nicolas Venette, un médecin du 17ème : cela se passe dans la rue Venette, la bien nommée !
    Rue du Palais, les prouesses architecturales s’enchaînent : hôtel de la chambre de commerce, palais de justice, sans oublier la cour de la Commanderie, cachée au bout d’un passage. Puis, retour vers le Vieux-Port par le quai Duperré : c’est sans doute d’ici que l’on a l’une des plus belles vues sur la tour de la Chaîne, l’une des deux tours du Vieux-Port, et la tour Saint Nicolas, imposante forteresse de la fin du 14ème.
    La Rochelle compte, par ailleurs, une multitude de parcs et jardins pour respirer, souffler, se détendre. A commencer par les allées du Mail, aérées, verdoyantes, bordées d’arbres et agrémentées de parterres de fleurs. Celles-ci sont voisines du parc d’Orbigny, ex Champ du Mail, peuplé de chênes et de pins, avec vue sur le port de plaisance. Aux beaux jours, des tables sont installées pour le pique-nique. Tout proche également, le parc Franck Delmas est le seul jardin à l’anglaise de la ville, avec ses 7 hectares plantés de chênes verts et autres conifères. Quant au parc des Pères, dans le quartier des Minimes, il s’étend sur une dizaine d’hectares et offre une vue sublime sur la rade de La Rochelle, le fort Boyard, les îles de Ré, Oléron et Aix : idéal pour marcher, faire du sport, s’échapper à bicyclette. Tout aussi ravissante : la promenade de Chef de Baie, qui permet de rallier le port de pêche tout en longeant la côte. Quant au jardin de la Porte Dauphine, il encadre les fortifications qui composaient, autrefois, la porte nord de la cité rochelaise.
    Il fait bon marcher également dans le parc Charruyer : ses 40 hectares mènent jusqu’à la plage de la Concurrence et, au Sud, le parc abrite un zoo. Les enfants adorent. Tout comme les nombreux jeux installés dans le parc de Mireuil, avenue Kennedy. Enfin, le jardin de la Porte Royale offre une belle perspective sur les anciennes fortifications rochelaises. Et, plus caché, plus discret, moins connu des touristes : le jardin du Musée du Nouveau monde et ses tilleuls mettent en valeur la façade 18ème de l’hôtel Fleuriau. Une véritable illustration de carte postale, en plein cœur de ville.
    S’échapper de La Rochelle, c’est choisir soit la route, soit la mer. Par la route, direction Marsilly, après Nieul sur mer où Simenon a vécu et écrit 9 romans. Là, on s’arrête dans l’église romane et gothique, qui abrite un drôle de musée des graffitis anciens. Certains datent même du temps des… Romains ! Puis, escale à Esnandes : ce village de pêcheurs vaut le détour pour ses remparts, son église du 12ème et son musée de la mytiliculture. De la quoi ? De la culture des moules ! Avec un parcours pédagogique et ludique qui s’adresse également aux plus jeunes. Toute proche, la pointe Saint Clément offre un joli panorama sur la baie de l’Aiguillon. Puis, Charron, à une douzaine de kilomètres : c’est le QG de la mytiliculture. Ce village assure, en effet, 90% de la production de moules de la Charente Maritime. Quant aux amateurs de châteaux, ils ont rendez-vous dans celui de Buzay : cette bâtisse du 18ème a conservé son mobilier d’époque. Une splendeur.
    Pour les amateurs de balades à vélo, les marais poitevins ou « Venise verte » s’y prêtent. Tout comme le chemin de la Repentie, qui longe la mer du nord de La Rochelle jusqu’à Charron. Plus sportif encore : la Vélodyssée, une véloroute de 1 200 kilomètres qui relie la Bretagne au pays Basque, peut être empruntée depuis le port de La Rochelle jusqu’à Royan. Via la cité royale de Rochefort, où Jacques Demy a tourné ses Demoiselles…, Marennes et, tout de suite après La Rochelle, la ravissante station de Châtelaillon Plage, au charme délicieusement rétro. On y va pour sa plage de sable fin longue de 3 kilomètres, les sports nautiques, les salles de jeu du casino, l’hippodrome ou encore le centre aquatique dont les bassins sont à 29° toute l’année. Même scénario du côté de Royan et Saint Palais, dont les plages très familiales permettent de se détendre le temps d’un week-end ou de quelques vacances.
    Et puis si l’on choisit la mer pour s’échapper de La Rochelle, les destinations ne manquent pas. A commencer par l’Ile de Ré, juste en face. On s’y rend grâce au pont, à emprunter en voiture, à vélo, pour les plus courageux ou avec un autocar de la compagnie Les Mouettes. Une fois sur l’île, on se laisse tenter par le port de Saint Martin, où l’on s’offre une glace à la Martinière. On part en balades sur les plages, dans le bois de Trousse-Chemise ou à travers les marais salants. On fait une pause dans un café de la place principale des Portes en Ré, dont la plage a servi de décor au film Le jour le plus long. On s’attarde à la terrasse de la Tour du Sénéchal, un bistrot-resto-épicerie face à l’église d’Ars en Ré, reconnaissable à son curieux clocher blanc et noir.
    Oléron et Aix sont les deux autres îles proches de La Rochelle. Sur la première, célébrée par Pierre Loti et reliée par un pont au continent, on se promène à La Cotinière, seul port de pêche de la côte ouest de l’ile. On visite le musée des paludiers à Grand Village. On s’offre un verre de Pineau des Charentes à la terrasse d’un bistrot de Saint Pierre d’Oléron, à l’heure de l’apéro. Sur la seconde, Aix, qui vit essentiellement de l’ostréiculture, on se balade à pied ou à vélo. Et pour cause : les voitures y sont interdites. On prévoit également une halte au Musée napoléonien, au Musée africain, sans oublier la Maison de la nacre, qui dit tout de ce matériau méconnu.
    Enfin, difficile d’éviter Fort Boyard. Surtout si l’on voyage avec des enfants fans du jeu télé éponyme. Situé entre les îles d’Aix et d’Oléron, ce fort du 19ème, surnommé le « vaisseau de pierre », appartient à l’arsenal maritime de Rochefort. S’il ne se visite pas, en revanche on peut s’en approcher au plus près en bateau. Avec des départs de La Rochelle, Rochefort, Fouras les Bains, des îles de Ré ou d’Oléron.

    Villes autour de La Rochelle