Notre annuaire en ligne vous permet de trouver rapidement et facilement un professionnel de la région Nord-Pas-de-Calais ou une adresse 59 et ce, en seulement quelques clics. Que vous soyez en visite à Lille ou que vous y résidiez, notre annuaire Lille saura se rendre indispensable.

Lille est une ville dynamique aux nombreuses entreprises. Pour un séjour d’affaires ou de loisirs, Lille vous accueille. Recherchez des prospects situés à Lille ou 59 préparez votre séjour d’affaires en localisant les adresses incontournables de Lille, 59.

Lille

: une ouverture sur la culture

Il y a un avant et un après Lille 2004. Cette année-là, la capitale des Flandres et du Nord-Pas-de-Calais est également capitale européenne de la culture : 2 500 manifestation, plus de 15 000 artistes mobilisés, 9 millions de visiteurs… Depuis, on ne voit plus Lille comme avant. La ville a cassé son image de cité du grand Nord, à part, isolée, glacée et glaciale. Lille s’est révélée sous un autre jour : accueillante, chaleureuse, ouverte sur les arts, la culture, les autres. A l’image des maisons Folie, nées avec Lille 2004 : installées dans d’anciens sites industriels, elles servent de plateformes de création, avec concerts, expos, résidences d’artistes… Même scénario avec Lille 3000, qui poursuit et amplifie le dynamisme né en 2004. Avec des événements, manifestations, créations, initiées par des artistes contemporains venus de toutes les régions du monde. Mais Lille c’est aussi une communauté étudiante importante : le pôle universitaire accueille quelque 100 000 jeunes chaque année. Une gastronomie en version très originale, moules-frites, maroilles…, une Grande Braderiequi attire les curieux de partout, une architecture typique, des bâtiments classés et les performances du Losc dans le flambant neuf Grand Stade. Quant au quartier d’affaires Euralille, sorti de terre en 1994, il a boosté la vie économique locale. Et ce d’autant que Lille s’est rapprochée, au même moment, de Paris, Bruxelles et Londres, grâce aux trains à grande vitesse.

Vivre à Lille

Lille compte quelque 226 800 habitants. Quant à Lille-Métropole, elle regroupe 85 communes, 1,2 million d’habitants et représente la 4ème agglomération de France.
Les appels d'urgence
  • Urgences médicales / Samu : 15
  • Police: 17
  • Sapeurs pompiers: 18
  • Urgences sociales /SOS sans abri: 115
  • Urgences eau: 03.20.49.41.00
  • Urgences EdF: 08.10.33.31.59
  • Urgences gaz: 08.10.43.30.59
  • Centre anti poison: 0 825 812 822
  • Sos Médecins: 03 20 29 91 91
  • Urgence vétérinaire : 03 20 51 00 66
Les Institutions

  • Police municipale : 03.20.49.56.66
Santé

Numéros Utiles
  • Objets trouvés: 0320505599
  • Collecte des déchets, déchèteries : 08.25.12.59.62
  • Allo Propreté : 03.20.49.52.59
  • Perte ou vol de cartes bancaires: 0 892 70 57 05
  • Interflora: 03 66 89 00 86
  • Allo Ciné: 08 99 23 50 94
  • Météo France: 08 99 71 02 99

Entretien, dépannage


Médecins et spécialistes


Pharmacie et santé


Restaurant


Banque


Avocats et conseil juridique


Immobilier


Administrations et associations


Services aux entreprises


Voiture et moto


Alimentation


Beauté


Bâtiment


Bricolage, fleuriste et autres commerces


Vêtements, chaussures


Autres domaines d'activités


Sports


Assurances


Maison et jardin


Fabrication et commerce de gros


Hôtel et tourisme


Education et formation


Art et culture


Meubles, articles de décoration


Bijouterie


Service transport


Voir toutes les catégories de Lille

Voir l'annuaire particulier de Lille

Voir les horaires des pros à Lille

Se déplacer à Lille

Les Lillois sont gâtés. Bus, métro et tramway sont à leur disposition. Avec une soixantaine de lignes de bus, dont certaines circulent jusqu’à 0h30. Le VAL (véhicule automatique léger), premier métro automatique du monde, né en 1983, est pourvu de 2 lignes : la première relie le CHR B-Calmette (à Lille) aux 4 Cantons (à Villeneuve-d’Ascq). Et la seconde, Saint-Philibert (à Lomme) au CH Dron (à Tourcoing). Soit 60 stations sur 45 kilomètres. Deux lignes également pour le tramway : celles-ci partent de Lille-Flandres et desservent soit Roubaix, soit Tourcoing. La ville se sillonne également à bicyclette. Ou plus exactement avec un VLS (vélo en libre service) ou un VLD (vélo en location longue durée), à récupérer dans l’une des 110 stations-bornes de V’lille. Ajoutons à cela le Vélo taxi, à raison de 1 euro le kilomètre. Compter aussi 2 euros supplémentaires pour la réservation et la prise en charge. Lille dispose, en outre, de deux gares SNCF : Lille-Flandres, de laquelle partent et arrivent les TGV (Lille n’est qu’à 1 heure de Paris, à raison d’une vingtaine de liaisons par jour) et TER. Quant à Lille-Europe, cette gare accueillent les lignes TGV nationales (Lyon à 3h, Bordeaux à 5h, Marseille à 5h…) et internationales : rappelons que Londres n’est qu’à 1h20 d’Eurostar et Bruxelles à 35 minutes de Thalys. Enfin, l’aéroport de Lille se situe à Lesquin (à 10 kilomètres au sud de la ville). Pour s’y rendre, des navettes partent, toutes les heures, du centre commercial Euralille: il faut compter environ 20 minutes de trajet.
Liens utiles
  • Transpole, bus, tram, V’lille … : 03 20 40 40 40
  • réservations Vélo taxi : 06.24.16.08.18
  • TER Nord Pas de Calais : 0 891 671 059

Découvrir Lille

Lille en version classique, c’est s’offrir une soirée à l’Opéra, place du Théâtre, ou au Nouveau Siècle, où Jean-Claude Casadesus dirige l’Orchestre national de Lille. Puis, c’est aller dîner dans le Vieux-Lille et prendre un dernier verre dans la rue Royale. Mais la version plus moderne des sorties lilloises, c’est partir se changer les idées du côté des quartiers Latin, Vauban, de Moulins et Wazemmes. Théâtres, cinémas, galeries… tout se côtoie et offre une ouverture unique sur la culture locale, nationale et celle venue d’ailleurs. On se détend auZem Théâtre, installé dans une maison tout en bois, où les jeunes talents sont à l’honneur. On s’émerveille à L’Hybride, lieu de réhydratation culturelle, où courts métrages, films d’animation ou expérimentaux sont à l’affiche de cet ancien garage réhabilité. Avec bar à part pour débats à haut débit. On s’amuse au Mécanisme dubitatif, un bistrot de la rue Meurein, fréquenté par les étudiants de la Catho, plutôt branché rock, folk et… margaritas ! Même ambiance survoltée au Carré des Halles, une sorte de taverne, aux allures de cave, où le rock pur et dur emplit les tympans des couche-tard. Près de la mairie et de l’école des Arts et métiers, la gare Saint Sauveurest également un haut-lieu des soirées lilloises. On y vient le temps d’un film, d’une expo ou d’une visite de l’hôtel Europa dont la déco des chambres a été confiée à des artistes, on peut s’allonger sur un lit et écouter de la musique. Puis, on prend le temps d’un verre ou d’un petit en cas au Bistrot Saint So’, la table de la gare Saint Sauveur, où il fait bon s’attarder l’hiver bien au chaud et l’été en terrasse.
Du côté de Wazemmes et du quartier de Moulins, le Biplana la cote : rock, pop, folk, chanson française… la scène de ce théâtre est ouverte à tous les genres. A L’Univers, on projette des films classés art et essai, on organise des expos. La Malteriepropose trois salles pour trois shows différents : concerts, expos, performances… tout est possible dans ce bouillon de cultures, digne des maisons Folie. Enfin, les accros de l’électro ont rendez-vous au K-Sten (rue de Wazemmes) : un mouchoir de poche, mais la fine fleur des DJ, amateurs et connaisseurs est là. Le club dispose d’une cour pour reprendre son souffle, respirer, se poser et reposer ses oreilles. Ce qui surprend, d’emblée, dans Lille, c’est la multitude de galeries d’art installées dans tous les types de quartiers. Rue de la Barre, par exemple, c’est l’espace Point Barrequi retient l’attention : dans une maison du 16ème, sculptures et peintures dialoguent ensemble, sous la direction de Géry Descamps. Du côté de la maison natale de Charles de Gaulle, on s’attarde chez Frédéric Storme, qui propose peinture, BD, photo contemporaine, dans une maison toute rouge. Puis, à deux pas de la station de métro Fives, il faut prendre le temps de faire escale à Lasécu. Cette galerie d’art contemporain, installée dans les anciens locaux de la Caisse primaire d’Assurance maladie, d’où son nom, propose expos de peinture, sculpture, vidéos… qui attirent amateurs et collectionneurs. Quant à lagalerie Régis Dorval, elle cible la peinture abstraite des années 1950 à 1970. On y trouve donc des toiles de Poliakoff, Herbin, Jenkins… Puis, place de la République, on se précipite au Palais des Beaux-Arts. Ce très beau bâtiment 19ème présente une riche collection de peintures qui couvre aussi bien l’Europe (Rubens, Goya…) que la France (Courbet, Puvis de Chavannes…). On s’attarde également sur les sculptures de Rodin, Claudel ou Carpeaux. Quant au cabinet de dessins, il contient une quarantaine d’œuvres signées Raphaël et des plans en relief de villes fortifiées par Vauban.
A ne pas manquer non plus : le musée de l’Hospice Comtesse. Au cœur du vieux Lille, cet ancien hôpital médiéval raconte la ville du 13ème au 18ème siècle. Il faut prendre le temps de regarder les carreaux de faïence lillois de la cuisine du rez-de-chaussée. Puis, visiter le dortoir des religieuses, à l’étage. Sans oublier l’immense salle des malades, bâtie et aménagée au 15ème siècle, qui accueille aujourd’hui des expositions temporaires, dont certaines d’art contemporain. Rue Princesse, cette fois, impossible de passer sans visiter la maison de Charles de Gaulle. Celle où il est né le 22 novembre 1890. Cette demeure appartenait alors à ses grands-parents maternels. Aujourd’hui transformée en musée, elle expose souvenirs familiaux et objets personnels du Général, tels que sa robe de baptême ou l’épée de Saint Cyprien. Le parcours de l’homme d’Etat est également retracé. Puis, rue de Bruxelles, le musée d’Histoire naturelle et de géologieconvie à un étonnant voyage dans le temps et à travers les continents : avec plus de 250 000 objets, des mammifères, oiseaux, insectes, un fascinant squelette de cachalot suspendu dans les airs ou encore un parcours pédagogique de l’histoire de la Terre. Le tout dans un bâtiment 19ème, entièrement rénové, aux galeries lumineuses et spacieuses.
Enfin, à Villeneuve d’Ascq, il faut se laisser surprendre par le Musée de plein air. Installé sur un site de 14 hectares, il retrace et raconte la vie rurale, dans un environnement fidèle au terroir initial : avec potager, jardin de plantes médicinales, verger, mare, sans oublier les ânes, poules, canards, oies… Des artisans travaillent sur place et les visiteurs peuvent aller à leur rencontre.
Les grands rendez-vous :
Janvier :
- Salon du tourisme Pendant 3 jours (de la fin janvier au début de février), Lille Grand Palais vit à l’heure du voyage et de l’évasion. Palaces, hôtels de charme, chambres d’hôtes, campings, en France, dans des pays proches ou lointains, il y en a pour tous les goûts et toutes les envies.
Février :
-Lille Art Fair Lille vit à l’heure de sa Foire d’art contemporain, pendant 4 jours. Près de 130 galeries sont représentées sur un espace de 12 000 m2 à Lille Grand Palais. Chaque année, 25 000 curieux, amateurs et collectionneurs sont attendus. -Les petits pas : ce festival de danse contemporaine, dédié aux tout petits, permet de s’initier à la danse dès l’âge de 4 ans. Les spectacles sont organisés à Roubaix, Lille et Courtrai.
Mars :
-Carnaval de Wazemmes Mi-mars et durant 3 jours, un carnaval secoue le quartier populaire de Wazemmes. Au programme : déguisements, maquillages, défilés de géants, concerts et bal de clôture.
Avril :
-Journées eurorégionales des villes fortifiées / www.espaces-fortifies.com Un événement unique pour mieux connaître le patrimoine fortifié du Nord-Pas-de-Calais : de Lille à Bergues, en passant par Calais, Maubeuge, Boulogne-sur-mer… Expos, colloques, rencontres, parcours et même rallye animent ces journées. -Battle of the year : chaque année, durant une journée, cette « battle » réunit à la Halle de glisse les meilleures équipes de hip hop. -festival Massenet pas pour les grands : durant 2 semaines, ce festival pour le jeune public propose spectacles, rencontres et films… interdits aux parents ! Au Théâtre Massenet.
Mai-Juin :
-La louche d’or Chaque 1er mai, à Wazemmes, place au festival international de la… soupe ! Pas banal, mais grand moment festif et gustatif en ligne de mire. Chefs de renom et cordons bleus anonymes concoctent des soupes originales, à déguster de stand en stand. Le meilleur se voit décerner la fameuse Louche d’or. -Festival Wazemmes L’Accordéon / www.flonflons.eu Durant 2 semaines, concerts et guinguettes au son de l’accordéon. -Transphotographiques / www.transphotographiques.com Organisé par la Maison de la photographie de Lille, ce festival s’étale de la mi-mai à la mi-juin. Des dizaines d’expos photo sont proposées dans différents lieux emblématiques de la ville, dont le Tri postal, dans le quartier Euralille. -Latitudes contemporaines / www.latitudescontemporaines.com Durant 3 semaines, ce festival fait la part belle aux nouvelles scènes chorégraphiques dans des lieux tels que La maison Folie Wazemmes, La rose des vents, la Gare Saint-Sauveur ou encore l’Opéra de Lille. -Piano(s) festival / www.onlille.com A l’initiative de Jean-Claude Casadesus, le piano (classique et jazz) est à l’honneur durant 3 jours, au Nouveau Siècle. -La nuit des cathédrales : chaque année, Lille participe à cette nuit européenne des cathédrales et organise concerts, spectacles, projections sur grand écran.
Juillet-Août :
-Clé de Soleil / www.clefdesoleil.com Jusqu’à la fin août, concerts de musique classique dans tous les plus beaux monuments de Lille. -Lille Plage De mi juillet à mi-août, Lille prend des allures de station balnéaire. Au métro Porte des Postes, 4 200 m2 de sable sont déversés, 3 bassins d’eau douce installés, ainsi que des palmiers, transats, cabines de plage et autres guinguettes. -Ch’ti bike tour : durant 2 jours, en août, les amoureux de la petite reine se retrouvent à Armentières pour participer à une course ou une randonnée, visiter un salon du vélo ou encore partager une gigantesque pasta party. -Nos quartiers d’été : du début juillet jusqu’à la fin août, une pléiade de randonnées, festivités, spectacles, bals, dîners sont organisés à Lille, mais aussi à Roubaix, Maubeuge, Béthune, Tourcoing, Valenciennes ou encore Boulogne sur mer. -Alcatraz metal festival : chaque année en août, Coutrai organise ce festival dédié au hard rock et au heavy metal. -Les Nuits secrètes : Aulnoye-Aymeries organise 3 nuits de folies pour les adeptes des dancefloors. Danse et musique non stop. -Festival de la mouette rieuse : pendant un week-end d’août, petits et grands découvrent toutes les facettes des arts de la rue. Jonglerie, théâtre, mimes… envahissent Dunkerque et Bray-Dunes. -Les Carillonades : pendant 3 jours, des carilloneurs de renommée mondiale se produisent à Saint Amand des Eaux. -Le Grand Bazar festival : concerts gratuits et DJs au Bistrot Saint So, à Lille, durant toute une soirée d’août. -Festival Lupul’in : le dernier week-end d’août, gourmets et gourmands se retrouvent à Méteren le temps d’une découverte des produits du terroir. Au programme : dégustations et partage de savoir-faire.
Septembre :
-Grande Braderie Chaque premier week-end de septembre, le plus grand marché aux puces d’Europe débarque à Lille. Du samedi après-midi au dimanche minuit, quelque 2 millions de visiteurs se baladent, chinent, marchandent, achètent dans les rues de la ville. On parle de 100 kilomètres d’étals et de près de 10 000 vendeurs. Unique. -NAME / www.lenamefestival.com Ce festival dédié à la musique électro dure une dizaine de jours. Concerts et performances ont lieu à la gare Saint-Sauveur, à Lille, et à La Tossée, à Tourcoing.
Octobre :
Festival international du court-métrage / www.festivalducourt-lille.com Durant 5 jours, ce festival met en lumière le format court sous toutes ses formes : animation, fiction, documentaire, clip… La plupart des séances sont programmées à l’UGC Ciné Cité de Lille (rue de Béthune).
Novembre-Décembre :
-Marché de Noël / www.noel-a-lille.com De la fin novembre à la fin décembre, sur la place Rihour, des dizaines de chalets d’artisans sont installés. Certains proposent des dégustations de vin chaud et de produits locaux. -Hip Hop Dayz / www.call911.fr Durant deux semaines (fin novembre-début décembre), ce festival de hip hop mêle concerts, spectacles de danse, expos, projections de films, débats et rencontres. Dans différents clubs et lieux culturels de Lille et ses alentours. -Escales hivernales : chaque année en décembre, différents lieux emblématiques de Lille accueillent cette grande fête du livre. Une occasion de découvrir un auteur, un ouvrage, un éditeur, d’assister à des lectures, à des rencontres avec des auteurs et également des acteurs. -Citéphilo : durant 3 semaines, cette manifestation permet de philosopher autour d’un thème, à grand renfort de débats, conférences, rencontres, lectures, expositions. -Maxi’mômes : durant une semaine, la Maison folie de Wazemmes propose un programme culturel spécialement pour les enfants. Avec spectacles, ateliers et jeux.

Se faire plaisir à Lille

Faire du shopping à Lille, c’est avant tout choisir un quartier : le Vieux-Lille si l’on rêve des grands noms du luxe, de la mode et du design. Le centre-ville, ses rues piétonnes et le centre commercial Euralille, si l’on préfère les grands magasins et autres enseignes internationales. Quant au quartier de Wazemmes, les bonnes affaires côtoient les saveurs venues d’ailleurs et les boutiques de créateurs. Une fois dans le Vieux-Lille, la rue de la Monnaie est incontournable. C’est l’artère commerçante par excellence, avec des enseignes telles que Maje, Fil à Fil, Eden Park, Cotélac… Il faut aussi se laisser tenter par Gatsby, une boutique dédiée à l’élégance au masculin. Antoine et Lili, pour les femmes fans de mode chic et urbaine. Ou encore la Botte Chantilly, rue de la Grande Chaussée, ça ne s’invente pas !, un chausseur qui sait chausser depuis 1890 !
Quant au centre commercial Euralille, voisin de la gare Lille-Flandres, il réunit une centaine d’enseignes, dont H&M, Zara, Mango, Casa, Nature & Découvertes, Go Sport, Séphora ou encore Yves Rocher. Pas de mauvaises surprises : les marques sont connues et les chemins balisés. Même sensation dans les rues piétonnes du centre de Lille (rue Nationale, rue de Béthune, rue Rihour…) côté vêtements, accessoires ou déco. En revanche, changement de repères, et de repaires, du côté de Wazemmes, plus au Sud de la ville. Ça démarre fort avec Kilo shop: ici, pas de chichi, on achète ses vêtements à la pièce ou au kilo, ce qui est nettement plus avantageux. Puis, escale au Faubourg des Modes, rue du Faubourg des Postes, où une dizaine de boutiques-ateliers de créateurs ont élu domicile, avec le soutien de la Ville et de la styliste Agnès b. Mais, Wazemmes, c’est aussi une autre façon de passer à table, avec des boutiques typiques, comme le Comptoir d’Afrique et d’Orient, où épices, huiles d’olives, lait de coco et fruits secs font le bonheur des cordons bleus. Fa Yang a également son fan club : on y va pour trouver les indispensable de la cuisine asiatique et la vaisselle assortie.
Plus classiques, côté douceurs : la pâtisserie Méert, voisine de la Grand-Place. C’est dans un décor d’un autre temps, de 1839, que l’on trouve la divine gaufre à la vanille de Madagascar, la préférée du Général de Gaulle. Tout un poème ! On craque aussi pour la fromagerie Philippe-Olivier: sur son plateau, on trouve Vieux-Lille, maroilles, mimolette et pas moins de 300 autres variétés. Dans le Vieux-Lille, le chocolat, c’est la maison Benoit. Puis, aux abords d’Euralille, on peut pousser la porte du Faubourg des Gourmets (rue du Vieux Faubourg), dont la gamme de produits italiens à emporter est de grande qualité. Quant à l’épicerie bio La Source, on y trouve aussi bien des soupes que des barquettes de légumes ou autres « riz gourmands ». Bon appétit ! Enfin, pour se faire bichonner, masser, mais aussi pour s’étendre et se détendre –surtout à l’issue d’une journée dédiée au shopping-, rendez-vous au Hammam Zein. Ici, au cœur de la maison Folie de Wazemmes, un sublime hammam a vu le jour. Au programme : gommage marocain, enveloppement au savon noir, massage aux huiles… on en ressort aérien !
Liens utiles

Sortir à Lille

Le Nord de la France a ses spécialités culinaires. Pour en être convaincu, il suffit de s’installer aux Moules, proche de la Grand Place. Cette institution lilloise depuis 1930 affiche la couleur, avec à sa carte des moules, bien sûr, mais aussi le fameux potjevleesch, « petit pot de viande », qui s’apparente à une terrine de viandes blanches en gelée. Même cuisine couleur locale à La Petite Cour, rue du Curé Saint-Etienne. Dans cette jolie bâtisse du 17ème, on vient déguster le pavé de bœuf au maroilles, la carbonnade flamande ou encore la Tourte du Vieux-Lille, avec maroilles, lardons et poireaux. Autre adresse typiquement lilloise : Alcide, à deux pas de la Grand Place. Ici, les habitués viennent pour la carbonnade de bœuf ou autre pain perdu à la chicorée. Quant au Hochepot, il s’est spécialisé dans la cuisine régionale du Nord Pas de calais et des Flandres, avec waterzoï, carbonnade...
Même propositions culinaires dans les estaminets de la Royale et Chez la vieille. Les produits sont locaux, les recettes « maison » et l’ambiance familiale, amicale, voire festive en fin de semaine. A l’instar des bars à bière et bars à vin du centre-ville. Là, on est bien au pays des Ch’tis !
Du côté d’Eurallile, cette fois, on change de décor et d’atmosphère. Ce quartier d’affaires a drainé de nouveaux profils de gourmands autour de la gare Lille-Flandres. On mange végétarien à L’Entre… Mondes, thaïlandais à L’Elephanthaïet on flirte avec la world-food au Melting-Pot. A tester aussi : L’Atelier, pour la métamorphose réussie de cet ancien atelier de mécanique en bar lounge et loft-restaurant. Quant au Sud de la ville, il compte de nombreuses adresses en vue, comme Le Chat qui fume, Le Passe-Porcou encore la très chic brasserie André, ouverte depuis 1924. On y vient en famille, entre amis, pour fêter un événement… une sorte de tradition locale. A Wazemmes, en revanche, l’heure est au voyage : en Italie à la Trattoria Mamma Teresa, au pays des mezzés au Flandres-Libanet au Maroc à la Mamounia. Une multitude de cuisines, de saveurs dans une partie de la ville, elle aussi, pluri-culturelle. Enfin, si l’on recherche des tables étoilées, il faut sortir de Lille. Direction Lambersart et Bondues, où l’on trouve respectivement La Laiterieet le Val d’Auge. Deux adresses réputées, élégantes, raffinées, aux cartes qui font la part belle aux classiques de la gastronomie française.

Flaner à Lille

Marcher, flâner dans Lille, c’est, par exemple, découvrir la partie la plus ancienne de la ville : le Vieux-Lille. Avec la rue de la Monnaie, la place Louise de Bettignies où trône la maison Gilles de la Boë , riche négociant en épices et étoffes, au 17ème siècle, témoin de la Renaissance flamande. A voir aussi, la rue Royale et ses sublimes demeures, la maison natale de Charles de Gaulle (9 rue Princesse), la Porte de Gand (rue de Gand), dont l’ancien corps de logis est devenu un restaurant. Dans la foulée, il faut flâner du côté du Palais du Rihour , aujourd’hui adresse de l’Office de tourisme lillois. Cette imposante bâtisse témoigne de l’architecture typique de l’époque, où les ducs de Bourgogne régnaient sur Lille. Sa salle du conclave, en étage, se visite. Tout à côté, c’est la Grand’Place. Celle-ci mêle architecture du 17ème jusqu’au 20ème siècle, avec la Vieille Bourse, construite au milieu du 17ème, composée de 24 petites maisons qui entourent une cour à arcades, sous lesquelles s’installent bouquinistes, joueurs d’échec et danseurs de tango aux beaux jours. A ne pas manquer non plus : la Déesse, au centre de la Grand’Place, qui commémore le siège de la ville par les Autrichiens en 1792. Quant aux bâtiments qui servaient autrefois à loger les soldats, ils sont aujourd’hui le Théâtre du Nord.
Les plus sportifs peuvent grimper tout en haut du beffroi (104 mètres), à côté de l’Hôtel de ville. De style Art déco et classé au patrimoine mondial de l’Unesco, il offre une vue panoramique sur la ville et ses environs. Puis, plus au Nord de la ville, la place du Théâtre subjugue avec sa série de façades unifiées, appelée le rang du Beauregard : il s’agit de 14 maisons qui mélangent volutes, angelots, mascarons… Sublime ! Autre curiosité : à la sortie du square Dutilleul, le quai du Wault donne soudain des airs de bord de mer à Lille. Cet ancien port du 15ème siècle incite à la détente, invite au pique-nique. Aux beaux jours, on déplie nappes et serviettes le long de ce drôle de bassin urbain.
Quant aux espaces verts, ils ne manquent pas à Lille. Les berges des Bois Blancs, notamment, permettent de longer l’un des quartiers les plus verdoyants de la ville. Le jardin Vauban, à l’anglaise, s’étend sur 3,5 hectares avec bassins, canards, poules d’eau, grandes pelouses… En été : musiciens et jongleurs viennent l’animer. Tout aussi bucolique : le jardin des Plantes. Situé dans le quartier des Moulins, ce site de 10 hectares est agrémenté d’une serre équatoriale, avec des plantes exotiques sur deux étages, d’une roseraie, de carrés botaniques… dépaysement garanti. A ne pas manquer non plus : le parc Matisse, au pied de la gare Euralille. Conçu par le paysagiste Gilles Clément, ce jardin de 8 hectares s’articule autour d’une vaste pelouse, une île perchée à 7 mètres de haut et un labyrinthe végétal. Enfin, Lille possède sa Promenade des remparts, un magnifique circuit de 18 kilomètres, et un parc zoologique, au pied de ces mêmes remparts. Situé à 10 minutes à pied du centre-ville, ce zoo s’étend sur 3 hectares, cernés par les 70 hectares de verdure du parc de la Citadelle. Pour le plus grand plaisir des enfants, le zoo abrite près de 70 espèces animales, soit quelque 350 animaux, venues de tous les continents.
Vivre à Lille, c’est avant tout pouvoir s’échapper à Roubaix, Tourcoing et Villeneuve d’Ascq, aujourd’hui trois pôles culturels réputés. Roubaix, pour La Piscine, musée d’art et d’industrie (rue de l’Espérance), ou le temps d’une échappée à vélo sur les bords du canal de Roubaix, qui relie la France à la Belgique. Celui-ci a été installé dans la magnifique piscine Art déco de la ville, réhabilitée en 2001 par l’architecte Jean-Paul Philippon. Avec des statues le long du bassin, une collection de peinture qui mêle des toiles de Ingres et Lempicka, de la mode, de la céramique, du design… bref, c’est une curiosité à ne pas manquer. A Tourcoing, c’est l’Hospice d’Havré (rue de Tournai) qui vaut le détour : dans cette bâtisse du 17ème, une maison Folie a vu le jour. Au programme : résidences d’artistes, expos, concerts… tout au long de l’année. Quant à Villeneuve d’Ascq, la ville nouvelle accueille le LaM, musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut (rue Jules Guesde). Avec des œuvres couvrant une période qui va de Picasso jusqu’à Buren. Au Cateau-Cambrésis, on s’arrête au musée Matisse, créé par l’artiste lui-même en 1952. Et pour cause : Matisse est originaire du Cateau-Cambrésis. Une occasion de (re)découvrir certaines toiles du peintre -170 œuvres sont ici réunies-, mais aussi des tableaux d’Auguste Herbin ou autres expositions temporaire d’art contemporain. Puis, direction Douai, pour son Musée de la chartreuse. Installé dans un ancien couvent, élevé du 16ème au 18ème siècle, ses cloître, réfectoire et salle capitulaire servent aujourd’hui de lieu d’exposition. C’est ici, en effet, que les collections du musée sont installées. Des collections qui invitent à un voyage dans l’histoire de l’art et de la peinture, du Moyen Age jusqu’au 20ème siècle.
A Lens, cette fois, c’est l’extension du Louvrequi attire les visiteurs. Une sorte de Louvre en condensé, qui s’expose sur 6 000 m2, avec 900 œuvres prêtées par le musée parisien. Ajoutons à cela une librairie et une médiathèque. Courtrai, ville belge située à une trentaine de kilomètres de Lille, est également un lieu d’escapade placé sous le signe de la culture. Notamment durant sa Design week, chaque année en juin. A cette occasion, les étudiants en design présentent leurs travaux de fin d’études. Des liens se créent également entre designers, architectes, éditeurs, entreprises et grand public. Aux beaux jours, place aux plages du Nord. Par exemple, celle d’Ostende, en Belgique. Avec ses 9 kilomètres de long, elle attire les promeneurs. Quant à ses rouleaux, ils font les belles heures des surfeurs. Enfin, il est de bon ton d’aller faire les soldes ou voir une expo à Londres, qui n’est qu’à 1h20 d’Eurostar. Mais aussi de flâner dans Bruxelles, à seulement 35 minutes de Thalys : pas plus loin qu’une banlieue lilloise !