Notre annuaire en ligne vous permet de trouver rapidement et facilement un professionnel de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur ou une adresse 13 et ce, en seulement quelques clics. Que vous soyez en visite à Marseille ou que vous y résidiez, notre annuaire Marseille saura se rendre indispensable.

Marseille est une ville dynamique aux nombreuses entreprises. Pour un séjour d’affaires ou de loisirs, Marseille vous accueille. Recherchez des prospects situés à Marseille ou 13 préparez votre séjour d’affaires en localisant les adresses incontournables de Marseille, 13.

Marseille

: plus belle la ville !

Deuxième ville de France, Marseille a la tête dans le soleil et les pieds dans la Méditerranée. Entre Vieux-Port, Canebière, pastis, pétanque, accent du Midi et bouillabaisse, elle cumule les clichés. Mais, dans le même temps, Marseille se veut d’avant-garde… La cité phocéenne a, elle aussi, ses bobos, ses intellos, ses espaces alternatifs, elle frémit, s’anime, pour mieux se positionner, s’imposer, marquer les esprits et se faire remarquer. Jusqu’au-delà de nos frontières : en 2013, Marseille-Provence a été élue capitale européenne de la culture. De quoi faire des envieux. Mais Marseille s’en moque. Audacieuse, elle mise sur ses différences. Elle fait de son métissage un atout, une force. Le tout sous le regard bienveillant de la « Bonne Mère ». Marseille qui vibre, au rythme des victoires de l’OM. Marseille qui brille, chaque soir, depuis 2004, sur France 3 dans Plus belle la vie, la série aux 5,3 millions de fidèles. Marseille, la dynamique avec son Grand port maritime, premier port français et 5ème port européen. Marseille l’entrepreneuse : son nouveau quartier d’affaires, La Joliette, au cœur du projet EuroMéditerranée, vise à doper la vie économique de la ville. Marseille, enfin, qui respire entre mer et montagne. Et Marseille qui inspire. Gustave Flaubert, par exemple : « On y sent je ne sais quoi d’oriental, on y marche à l’aise, on respire content, la peau se dilate et hume le soleil comme un grand bain de lumière ».

Vivre à Marseille

Préfecture de la région Provence Alpes Côte d’Azur, Marseille est la 2ème unité urbaine de France avec 1,6 million d’habitants, dont 860 363 intra-muros. La ville, d’une superficie de 240 km2, compte 16 arrondissements et 57 kilomètres de bords de mer.
Les appels d'urgence
  • Urgences médicales / Samu : 15
  • Police: 17
  • Sapeurs pompiers: 18
  • Urgences sociales /SOS sans abri: 115
  • Urgences Eaux de Marseille: 0 810 400 500
  • EDF dépannage (électricité) :: 0 810 501 900
  • GDF dépannage (gaz de ville) : : 0 810 433 013
  • Centre anti poison: 04 91 75 25 25
  • Accident de Plongée: 04 91 74 49 96
Les Institutions
  • Marseille au quotidien : Allomairie : 0 810 81 813
Santé

  • Hôpitaux de Marseille: 0491380000
Numéros Utiles
  • Objets trouvés : 04 91 50 26 60
  • Collecte des déchets : 0 810 813 813
  • Allô Propreté : 0 810 813 813
  • Objets encombrants: 0 810 813 813
  • Perte ou vol de cartes bancaires: 0 892 70 57 05
  • Interflora: 04 81 68 07 00
  • Allo Ciné: 08 99 23 50 94
  • Météo France: 08 99 71 02 99

Horaires Pharmacie et santé


Horaires Restaurant


Horaires Administrations et associations


Horaires Immobilier


Horaires Voiture et moto


Horaires Alimentation


Horaires Bricolage, fleuriste et autres commerces


Horaires Beauté


Horaires Hôtel et tourisme


Horaires Assurances


Horaires Autres domaines d'activités


Horaires Banque


Horaires Location de voiture


Horaires Art et culture


Horaires Sports


Horaires Service transport


Horaires Loisirs et divertissement


Horaires Enseigne


Comerces et services ouverts le dimanche


Enseignes ouvertes le dimanche


Entretien, dépannage


Médecins et spécialistes


Pharmacie et santé


Restaurant


Administrations et associations


Avocats et conseil juridique


Banque


Immobilier


Voiture et moto


Services aux entreprises


Alimentation


Bricolage, fleuriste et autres commerces


Autres domaines d'activités


Beauté


Bâtiment


Vêtements, chaussures


Education et formation


Hôtel et tourisme


Assurances


Sports


Fabrication et commerce de gros


Maison et jardin


Bijouterie


Meubles, articles de décoration


Art et culture


Voir toutes les catégories de Marseille

Voir l'annuaire particulier de Marseille

Se déplacer à Marseille

Bus, métro, tramway, bateau, tous les moyens de transport existent à Marseille. Ainsi 73 lignes de bus desservent-elles l’agglomération. Et, le soir venu, de 21h30 à 0h45, un service de nuit est assuré par une dizaine de lignes. Côté métro, deux lignes (la bleue, M1 et la rouge, M2) traversent la ville de part en part. Deux lignes également pour le tramway : la T1 relie Noailles aux Caillols ; la T2, La Blancarde à Euroméditerranée. Quant au bateau, la Navette relie le Vieux-Port à la Pointe Rouge toutes les heures. Il faut compter 40 minutes de trajet. Ajoutons à cela « Le Vélo », en libre service : 130 stations, à raison d’une station tous les 300 mètres, mettent à disposition quelque 1 000 vélos, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Attention : la ville n’est pas plate. Parfois ça grimpe sérieusement. Comme, par exemple, pour aller du côté de Notre-Dame de la Garde.
Rappelons, par ailleurs, que la gare Saint-Charles n’est plus qu’à 3 heures de TGV de Paris. Et ce, à raison d’une vingtaine de liaisons quotidiennes. Pour Lille, il faut compter 4h30 de trajet et 1h40 pour rejoindre Lyon. Enfin, l’aéroport Marseille-Provence de Marignane, à 25 km au Nord-Ouest de Marseille, propose des vols nationaux et internationaux. Il est relié, notamment à la gare Saint-Charles, par un train et un bus. Au choix.
Plus insolite : on peut également se déplacer dans Marseille en pousse-pousse, à bord d’un Tuk Tuk, ou encore sillonner les rues avec un scooter électrique de location, façon « dolce vita ».
Liens et numéros utiles
  • TER PACA : 0821 202 203

Découvrir Marseille

Musique, théâtre, danse, cinéma… Marseille, capitale européenne de la culture en 2013, a ses spots, ses rendez-vous, ses salles de spectacles pour vibrer, animer, égayer, combler les habitants comme les visiteurs de passage. La Friche Belle de Mai, séparée du musée des Beaux Arts par les voies de chemin de fer, fait partie de ces lieux désormais incontournables à Marseille. Ces anciens entrepôts, réhabilités au début des années 1990, sont parfois ouverts jusqu’à minuit. Et pour cause : à la fois galerie d’art, salle de concerts, au Cabaret aléatoire, plateaux de tournage, lieux de rencontres et de débats, ce site culturel dynamise le Nord de la ville. Pôle d’attraction, il séduit les Marseillais de tous les quartiers. Même scénario pour le Théâtre du Gymnase, près de la Canebière, dont la salle à l’italienne vaut le détour à elle seule. Et pour le Poste à galène, célèbre pour ses concerts de rock, punk, électro… dans un ancien hangar. Autre étape incontournable de la vie nocturne à Marseille : le quartier de la Plaine. Bars et clubs prolifèrent et affichent complet le soir venu. C’est le cas du Petit Nice, place Jean-Jaurès, de La Passarelle, un bar-restaurant à vins natures, avec de belles assiettes de fromages pour les accompagner. Puis escale au Dame noir (sans « e »), pas de n° place Notre-Dame du Mont : mini bar, mais maxi programmation musicale. Retour sur la place Jean Jaurès, où L’Intermédiaire, autre bar musical, mise sur le rock, le funk, la world music. Quelques concerts sont également organisés pour mettre en avant les talents locaux. Quant aux fans d’instruments à cordes, ils ont rendez-vous Au son des guitares , rue Corneille. Ce cabaret corse invite des guitaristes et de belles voix pour interpréter aussi bien des chants traditionnels que des standards de la chanson française. A deux pas du Palais de justice, se trouvent vous l’Opéra et La Criée. Le premier, installé dans l’ancien Grand Théâtre de la ville, monument classé, propose une programmation lyrique de grande qualité, toute l’année. Quant à la seconde, quai Rive-Neuve, il s’agit du Théâtre national de Marseille, qui fait la part belle au répertoire classique. En sortant, un dernier verre s’impose au Pelle-Mêle, tout proche (sur la place aux Huiles) : ce club de jazz, pour amateurs avertis, ne ferme qu’à 2 heures du matin.
Enfin, les cinéphiles sont gâtés. Dernières sorties et raretés classées art et essai sont à l’affiche dans différents lieux emblématiques de la ville dédiés au 7ème art. Aux cinémas Le Prado, Bonneveine et autres salles Gaumont et Pathé, place aux films en première exclusivité. L’Alhambra, quant à lui, dans la bien nommée rue du Cinéma, mêle nouveautés à l’affiche, grands classiques et autres films restaurés. Mais c’est au Polygone étoilé, 0491915823 cinéma indépendant situé dans le quartier de La Joliette, que les cinéphiles sont les plus comblés : programmation pointue, ateliers cinématographiques, rencontres et débats rythment le quotidien de ce lieu atypique. Et pour celles et ceux qui aiment les projections en plein air, rendez-vous chaque été durant l’opération Ciné Plein Air : jardins, parcs, terrains de sport sont réquisitionnés le temps d’un court ou d’un long métrage, assis dans l’herbe. Les habitués viennent avec chaises pliantes et coussins. Malin !

Janvier :
Animal Mania / www.animalmania.fr C’est le salon des animaux de compagnie en tout genre : chiens, chats, bien sûr, mais aussi poissons, oiseaux, lapins, iguanes, serpents… Pendant 2 jours, éleveurs et amateurs se rencontrent au Parc Chanot.
Février :
Salon du chocolat / www.fou-de-chocolat.com Durant 3 jours, Marseille vit à l’heure du chocolat… show ! Dégustations, démonstrations, performances, rencontres sont organisées au Parc Chanot. Il y en a pour tous les goûts, des petits comme des plus grands
Mars :
Babel Med Music / www.dock-des-suds.org Festival de musiques du monde, pendant 3 jours et 3 nuits, Marseille chante, danse, s’amuse au Dock des Suds. Au programme : une trentaine de concerts, quelque 200 artistes, des tables rondes, des rencontres, des débats.
Avril-Mai :
-Carnaval de Marseille : début avril, durant toute une journée, danseurs, chanteurs et chars décorés défilent du Prado au parc Borély. -Festival de musique sacrée : chaque année, l’église Saint-Michel-Archange propose une série de concerts d’exception et affiche complet. -Festival Les Musiques / www.gmem.org Cet événement annuel offre un panorama de la création musicale contemporaine dans différents lieux emblématiques de la ville : la Friche Belle de Mai, La Criée (théâtre national), l’Opéra de Marseille…
Juin :
-Fête du Panier / www.fetedupanier.com Durant tout un week-end, en juin, les associations du quartier du Panier se mettent en scène : théâtre de rue, concerts, expos… il y en a pour tous les goûts. -Festival de Marseille / festivaldemarseille.com De mi-juin à mi-juillet, ce festival consacré à la création contemporaine mêle concerts, théâtre, cinéma et danse. Un temps fort dans la vie des Marseillais. -Festival Rock Island / www.marseille-rockisland.fr Pendant 3 jours, le Fort d’Entrecasteaux accueille ce festival de musique pop et électro. Concerts en plein air et vue imprenable sur la ville et le Vieux-Port.
Juillet-Août :
-Mondial La Marseillaise de pétanque : début juillet et durant toute une semaine, le parc Borély devient un gigantesque espace dédié à la pétanque. C’est le concours le plus réputé du monde. -Festival international du documentaire / www.fidmarseille.org Le documentaire fait son festival dans la cité phocéenne. Le Fid (Festival international du documentaire) met en compétition une centaine de films, organise quelque 250 projections, rencontres, tables rondes et concerts dans une dizaine de cinémas, théâtres, galeries d’arts, bibliothèques. -Festival de jazz des cinq continents / www.festival-jazz-cinq-continents.com Durant 10 jours, fin juillet, le meilleur du jazz international s’affiche au Palais Longchamp. -Ciné plein air / www.cinetilt.org Jusqu’à la fin août, une trentaine de projections gratuites sont proposées en plein air, à la tombée de la nuit, dans différents lieux de la ville. Tous les films de fiction sont projetés en pellicule 35mm.
Près de Marseille en été
-Festival international d’art lyrique, à Aix-en-Provence / www.festival-aix.com : durant tout le mois de juillet, place à l’art lyrique dans les lieux les plus emblématiques de la ville. -Festival Côté cour, à Aix-en-Provence / www.festival-cotecour.org : ce festival permet de faire découvrir de nouvelles voix dans des sites tels que l’Hôtel d’Olivary, la Villa Gallici, le Cloître et la Chapelle des Oblats. Durant tout le mois de juillet, en parallèle au Festival d’art lyrique. -Festival d’Avignon / www.festival-avignon.com : chaque année en juillet, Avignon vit au rythme du théâtre. Ce Festival, créé en 1947 par Jean Vilar, réunit comédiens, metteurs en scène, artistes, dans la cour d’honneur du Palais des Papes, ainsi que dans de nombreux théâtres d’Avignon et ses alentours. -Festival Résonance, à Avignon / www.festival-resonance.fr : fin juillet et durant une semaine, la musique contemporaine est au programme de ce festival. Au menu : musqiues électroniques, hip hop, soul, funck, rock… -Jazz à Toulon / www.jazzatoulon.com : de la mi-juillet jusqu’au début du mois d’août, ce festival entièrement gratuit propose des concerts de musiciens de jazz connus, reconnus et de jeunes talents parmi les plus prometteurs.
Septembre-Octobre :
-Marsatac / www.marsatac.com Festival de musiques électro, rock et hip hop, durant 10 jours dans différents lieux de la ville, dont le Dock des Suds, Le Silo ou encore La Criée. -Fiesta des Suds / www.dock-des-suds.org Une semaine d’octobre est dédiée aux rock, reggae, salsa, samba, zouk… Chaude ambiance au Dock des Suds, avec quelque 60 000 spectateurs attendus à chaque édition. -Festival mondial de l’image sous-marine / www.underwater-festival.com Chaque année, ce festival de 5 jours s’articule autour de projections de films, diaporamas en concours, expos de photos, conférences et salon d’exposants. Une quarantaine de pays sont représentés.
Novembre-Décembre :
-Rencontres d’Averroès / www.rencontresaverroes.net Jusqu’à la mi-novembre, débats, expos, films, rencontres autour d’un thème de société, présenté et débattu par des personnalités méditerranéennes venues de Marseille, Rabat, Beyrouth… -Foire aux santons : chaque dernier dimanche de novembre, la plus ancienne foire aux santons de Provence a lieu du bas de la Canebière jusqu’à la place du Général de Gaulle. -Dansem / www.dansem.org Jusqu’à la mi-décembre, les stars de la danse contemporaine en Méditerranée s’affichent. Des lieux, telle que la Friche Belle de Mai, sont alors investis.

Se faire plaisir à Marseille

Enseignes de luxe, grands magasins, centres commerciaux, petites boutiques atypiques, voire excentriques, Marseille offre un large panel de propositions pour le shopping. Si l’on raisonne par quartier, la Canebière est un bon axe pour démarrer quelques emplettes. Prêt-à-porter, cosmétiques, accessoires, bijoux fantaisie, déco… toutes les grandes marques sont représentées dans les rues de Rome et de Paradis. Les Galeries LaFayette , rue Saint-Ferréol, sont toutes proches. Cours Belsunce, c’est le Centre Bourse qui attire les regards et attise les envies. Avec quelque 76 boutiques dans ce centre commercial, situé au cœur de la ville, certains y passent volontiers tout un après-midi ! A proximité du Vieux-Port, le quartier Estienne d’Orves mêle galeries d’art, boutiques de vêtements et autres concept-stores. Et, à deux pas de l’église Saint-Ferréol, on n’oublie pas de passer chez Marseille in the box : ici, tout est dédié à Marseille. On y trouve, bien sûr, savon et pastis. Le QG des bobos en quête de créateurs ? C’est le cours Julien, surnommé « cours Ju » par les Marseillais. Cerné de rues piétonnes, terrasses de cafés et boutiques « tendances » prolifèrent. Parmi ces rues en vue : la rue de la Mode, officiellement rue de La Tour, initiée par l’Institut Mode Méditerranée en 1997. Ici, place aux créateurs de vêtements, accessoires, objets décalés. Puis, dans la rue de l’Académie, voisine du « cours Ju », le Hammam Rafik a la cote : réservé aux femmes, il propose gommage et massage à l’orientale. On boit du thé, on s’étend, on se détend. Idéal entre deux courses, entre deux rendez-vous ou pour finir l’après-midi… en beauté. Beauté aussi à la Savonnerie marseillaise de La Licorne (quai Rive-Neuve) : ici, on choisit entre des savons parfumés ou importés d’Alep, d’autres en forme de boules de pétanque, d’autres encore conditionnés dans un pointu marseillais. Côté alimentation, le Panier, le plus vieux quartier de Marseille, est un bon spot. Avec la Maison du pastis et Xocoatl, « cacao » en aztèque, une chocolaterie ultra moderne créée par les Maino, père et fils, et installée dans la Grand’Rue. Ajoutons aussi Place aux huiles, place Daviel, où l’on trouve du vinaigre à la framboise, de la moutarde au pastis ou autres huiles d’olives d’exception. Mais, pour les macarons, rendez-vous chez Dites-moi tout: avec le choix entre une vingtaine de parfums. Calissons et marrons glacés se trouvent chez Dromel Ainé , maison fondée en 1760. Quant aux navettes, fameux biscuits à la fleur d’oranger, c’est au Four des Navettes qu’elles s’achètent, rue Sainte : cette boutique est la plus ancienne boulangerie de Marseille. Elle date, en effet, de 1781. Enfin, en marge du hammam de la rue de l’Académie, laissez-vous tenter par le spa du flambant neuf InterContinental Marseille Hôtel-Dieu, qui surplombe le Vieux-Port. Dans cet ancien hôpital, un spa de 1 000 m2 a été imaginé par l’architecte Jean-Philippe Nuel, avec hammam, sauna, jacuzzi, piscine intérieure, salles de soins et de massage. Du sur mesure pour bien terminer une journée de shopping ou pour se relaxer avant une soirée.
Entre le port, le soleil, la douceur des températures, les marchés de Marseille ont un goût de vacances toute l’année. On recense ainsi quelque 25 marchés alimentaires à travers la ville. Au Prado, sur le cours Julien, boulevard Michelet, place des Etats-Unis ou encore à L’Estaque, chacun de ces quartiers ont leur marché alimentaire, quotidiens pour les uns, une à deux fois par semaine pour les autres. Fruits, légumes, viande, poissons, spécialités méditerranéennes… Dans le marché des Capucins, en plein cœur de Noailles, par exemple, on se balade avec plaisir dans les allées desquelles s’échappent odeurs, parfums, saveurs qui donnent envie de se mettre en cuisine. Et, surtout, de passer à table. A tester aussi : le marché bio du cours Julien, chaque mercredi. Ajoutons à cela des marchés aux fleurs. Dont celui du Vieux Port, sur le quai, les mardi et samedi de 8 heures à 13 heures. Ou encore celui de la Belle de Mai, place Bernard Cadenat, chaque jeudi de 8 heures à 13 heures.
Brocantes et vides greniers ne manquent pas à Marseille. La plupart des arrondissements ont leurs événements, leurs rituels, leurs fidèles. A l’instar du vide-grenier de la Gouffone, 86 Traverse de la Gouffone dans le 9ème, organisée mi-juillet, durant tout un week-end. Citons aussi le marché des bouquinistes, square Léon Blum (1er), où l’on trouve livres, disques, CD et DVD d’occasion du mardi au samedi, de 8h30 à 18h30. Sans oublier les Puces, 130 chemin de la Madrague Ville (15ème), où les meilleures affaire se font et se trouvent le week-end. Ou encore la brocante du cours Julien (6ème), chaque 3ème dimanche du mois. Au même emplacement, les marchands de timbres sont présents chaque dimanche de 8h à 13h. Par ailleurs, le Quartier des antiquaires de Marseille a ses propres rendez-vous : les Journées de brocante et d’antiquités ont lieu trois dimanches par an, rue Edmond Rostand, entre l’avenue Paul Peytral et le square Rostand.
Liens utiles

Sortir à Marseille


Tag pub 300*250 a mettre ici
La table, à Marseille, c’est sacré. Qu’elle soit tendance, décontractée, bistrot, gastronomique, axée sur la pizza ou spécialisée dans la bouillabaisse, chefs en vue et jeunes talents mettent les petits plats dans les grands pour ensoleiller les papilles. Dans le quartier du Panier, place aux saveurs provençales, à la cuisine qui sent bon le Sud. Chez Madie , c’est les pieds-paquets. Chez Etienne, on privilégie les pizzas. Au très chic Restaurant du CAM, on mise sur les poissons et les fruits de mer. Quant au Miramar, on y va pour « la » bouillabaisse : l’une des meilleures de Marseille. Avec celle de Chez Fonfon, où la spécialité marseillaise se déguste face aux barques de pêcheurs. Du côté de la Canebière, rebelote avec les pizzas : celles de Chez Sauveur maison fondée en 1943, font courir le tout-Marseille. Le Fémina, quant à lui, attire les amateurs de couscous à la semoule d’orge : c’est excellent et peu fréquent.
Plus bobo : aux abords de la Friche Belle de Mai, le resto Les Grandes tables accorde béton, graffitis et mobilier de récup’, pour mettre en scène une cuisine familiale de qualité. Même profil de clientèle au Débouché, un bar à vin avec produits bio et sélection pointue d’AOC : les habitués demandent et redemandent le tartare de bœuf. On se bouscule aussi, près de la place Castellane, pour la viande servie au Boucher : là, pour atteindre le resto, on traverse… une boucherie ! C’est exotique. Insolite. Mais c’est l’une des meilleures adresses de la ville pour les fans de viande. Et puis, près du Pharo, il faut se laisser tenter par les bistrots de quartier, pour l’apéro ou combler un petit creux. Comme le Café de l’Abbaye, où les tapas se dégustent en terrasse, à l’entrée du Vieux-Port. Ou encore l’Alimentation générale (rue Plan Fourmiguier), petit bar où l’on va aussi pour les tapas, mais également pour les brochettes maison. A tester également : l’apéro « made in Japan », chez Lollipop music store (boulevard Théodore Thurner). Chaque premier vendredi du mois, de 18h à 21h, gyudon, terrine de tofu, kurogoma roll cake et madeleines au thé vert sont à déguster en écoutant du rock japonais. Autre quartier, autre curiosité : le Ventre de l’Architecte, un resto installé au sein de la Cité radieuse de Le Corbusier, boulevard Michelet. Avec vue sur les îles du Frioul, mobilier signé Prouvé, Jacobsen, Perriand, et cuisine subtile concoctée par Alexandre Mazzia.
Enfin, Marseille a ses tables étoilées. Le Petit Nice (anse de Maldorme), bien sûr, avec Gérald Passédat aux fourneaux et vue sur la Méditerranée, que le chef compare à son « potager ». Tout aussi chic : L’Epuisette. Ici aussi, on passe à table face à la mer. Résultat, la carte s’en inspire sans modération.

Flaner à Marseille


Tag pub 300*250 a mettre ici
Se promener dans Marseille, c’est avant tout descendre la Canebière jusqu’au Vieux-Port. Surtout le matin, à l’heure où les pêcheurs posent leurs filets et disposent les poissons. Puis, un café s’impose à la Samaritaine, en terrasse si la météo s’y prête. Autre virée inévitable : une balade dans le quartier du Panier. Attention : ça grimpe ! Surtout dans la Montée des Accoules, tout en escalier. Mais c’est dépaysant. Envoûtant. Charmant. Les ruelles avec le linge qui sèche donnent l’impression d’être parti loin. Peut-être en Italie… Pour les passionnés d’architecture, c’est dans le quartier Euroméditerranée qu’il faut flâner. Ici, on a construit, reconstruit, bâti. En faisant appel à de grands noms : Zaha Hadid pour la tour CMA-CGM, Rudy Ricciotti pour le MuCEM, Kengo Kuma pour le Frac, Norman Foster et le paysagiste Michel Desvisgnes pour la semi-piétonnisation du Vieux-Port. A voir également : la Cité radieuse de Le Corbusier, boulevard Michelet. Cette barre de béton dispose désormais, en son sommet, d’une galerie d’art contemporain et de design, à la place de l’ancien gymnase. Une métamorphose que l’on doit au designer Ora-ïto, grand amateur de Le Corbusier. Plus bucolique : Marseille compte de nombreux parcs et jardins. Parmi eux, citons le célèbre parc Borély, avenue du Prado : c’est le plus fréquenté par les Marseillais. Imaginé au 18ème siècle par l’architecte et ingénieur Embry, il abrite une bastide du 18ème, cernée par un sublime jardin à la française et un parc paysager du 19ème. A l’instar du parc Borély, le parc Longchamp (boulevard du Jardin zoologique) a obtenu, en 2005, le label « jardin remarquable ». Et pour cause : côté jardin du plateau, qui a été tracé à la française, de larges allées sinueuses côtoient une sublime cascade. Et côté jardin zoologique, à l’anglaise cette fois, mais déserté des animaux depuis 1987, les visiteurs découvrent pelouses, aire de jeux, spectacles de marionnettes et poneys qui tirent de jolies calèches remplies d’enfants. Quant au jardin du Pharo, boulevard Charles Livon, il mérite le détour pour la vue unique qu’il offre sur tout le Vieux-Port. Marseille c’est aussi la vie en bord de mer. Une balade le long de la corniche Kennedy reste un grand classique. Il en est de même des pique-niques improvisés sur les plages : celle de la Pointe Rouge ou encore celle des Prophètes. Enfin, impossible de ne pas grimper jusqu’à la basilique Notre-Dame de la Garde. Car sans la « Bonne Mère », Marseille ne serait pas Marseille. Une fois là-haut, on est récompensé : la vue panoramique sur la ville et le port est impressionnante.
Bien sûr, Marseille a ses plages, son port, et ça sent déjà bon le grand large. Mais on peut prolonger cette sensation en prenant un bateau, direction l’archipel du Frioul et ses îles de Pomègues, Ratonneau, Tiboulen et du château d’If, celle où le Comte de Monte-Cristo est emprisonné, dans le roman d’Alexandre Dumas. Ici, tout invite et incite à la marche, avec des sentiers côtiers qui desservent de ravissantes criques. L’été, certains quittent le bureau, troque costume et cravate contre un short et un polo et vont dîner d’un pique-nique sur ces îles, desservies par une dernière navette aux alentours de 22 heures. Quant aux calanques (site classé Parc national depuis 2012), elles aussi, elles attirent. Les Marseillais comme les touristes. Des paysages à couper le souffle entre mer et montagne. Des villages qui font rêver, de Marseille jusqu’à Cassis (à 30 kilomètres), charmant petit port, très animé en été, avec des expos, des concerts, ainsi qu’un marché artisanal nocturne. Avec une escale obligatoire à Sormiou : c’est la calanque la plus large, avec une plage de sable, des cabanons et un resto perché sur les hauteurs. Entre Marseille et Martigues, la station balnéaire de Carry le Rouet, surnommée la Perle de la Côte Bleue, mérite que l’on s’y arrête. Lieu de villégiature de Fernandel dans les années 1950, Carry a ses plages, ses sentiers des douaniers, son casino et permet la pratique de tous les sports nautiques. Idéal pour souffler, décompresser, se changer les idées. Autre belle échappée : le massif du Garlaban, le pays de Pagnol. Collines, garrigue, cigales… le décor est planté. On y passe la journée, à l’ombre des arbres, loin de l’agitation de la ville. On oublie tout, le temps d’une sieste ou d’un pastis à la terrasse du café de la place du village de La Treille, où Pagnol a tourné Manon des sources en 1952. Puis, on termine par une virée à Aubagne, ville natale de Pagnol. D’ailleurs sa maison (au 16 cours Barthélémy) se visite, comme un musée. Autre voyage : à Clansayes. Dans la Drôme provençale, face au Mont Ventoux. A 300 mètres d’altitude, loin du bruit et de l’agitation de la ville. Ici, au Domaine, il est possible de s’allonger sur une table de massage installée… au milieu des champs. Ça sent bon la lavande, jusque dans les huiles et les crèmes utilisées par les mains expertes de la thérapeute. Plus urbain : on peut s’offrir une virée à Aix-en-Provence, qui n’est qu’à 32 kilomètres du Vieux-Port. La cité aux 101 fontaines est un véritable bouillon de cultures. Ville universitaire, sa jeunesse la dynamise. Et prendre un café aux Deux Garçons, sur le cours Mirabeau, reste un moment à part. Autrefois, Cézanne, Zola, Picasso, Pagnol… y avaient leur rond de serviette. Enfin, du Grand port maritime de Marseille, partent de nombreux Ferrys (SNCM, CTN, Algérie Ferries et La méridionale). Direction la Corse, la Sardaigne, l’Afrique du Nord… pour un dépaysement garanti.