Poitiers, dans le département de la Vienne, au cœur de la région Poitou-Charentes, est idéalement située entre Tours et Bordeaux

La ville de Poitiers a joué la carte de la diversité pour ses activités économiques et on trouve ainsi de nombreuses entreprises situées au cœur ou en périphérie de la ville. Poitiers est cependant principalement connue pour le Futuroscope ainsi que pour toutes les sociétés de technologies de pointe et de recherche scientifique qui y ont élu domicile.

Le tourisme est un secteur majeur de l’économie de la ville et de nombreux visiteurs viennent de toute la France et de l’étranger afin de passer un week-end de détente et découvrir le Futuroscope et ses diverses activités, mais aussi les richesses architecturales du centre ville. Poitiers, ville d’Art et d’Histoire possède en effet de nombreux monuments remarquables tels que de magnifiques églises et la cathédrale Saint-Pierre mais aussi des vestiges d’architecture militaire ainsi qu’un très beau Palais de Justice.

De nombreux parcs et jardins, dont le parc de Blossac, sont situés un peu partout en ville et vous apprécierez de pouvoir vous y détendre. Côté culture, la ville de Poitiers possède des musées très divers, des cinémas ainsi que des salles de spectacles.

Poitiers vous accueille pour un séjour privilégié de loisirs ou d’affaires et les renseignements téléphoniques vous aident à mieux connaître les activités de la ville. Grâce à l’annuaire des professionnels de Poitiers, trouvez facilement et rapidement un hôtel, un restaurant ou l’adresse de l’un de vos collaborateurs situés dans le centre-ville de Poitiers ou à la périphérie.

Poitiers

: dynamique et atypique

C’est la ville la plus peuplée de la Vienne. C’est aussi la commune la plus importante de la région Poitou-Charentes, avant La Rochelle ou Angoulême. Depuis l’arrivée du TGV, qui l’a mise sur l’axe Paris-Bordeaux, à 90 minutes de la gare Montparnasse, et la naissance du Futuroscope, en 1987, Poitiers est sortie de l’ombre. Poitiers s’est affirmée. Posée. Imposée. Connue pour la beauté de son centre historique, ses nombreux hôtels particuliers, la « ville aux cent clochers » s’est hissée parmi les 50 villes « les plus dynamiques » de France, dans un récent classement publié par le magazine L’Express. Elle arrive même en tête des villes moyennes. Car Poitiers a su évoluer. S’adapter aux nouveaux modes de vie. Adopter de nouveaux habitants. A commencer par quelque 4 000 étudiants en provenance d’une centaine de pays différents. Car l’université de Poitiers attire, plaît, séduit. Fondée au 15ème siècle, elle a vu passer Rabelais, Ronsard et Descartes. Rien que ça ! Et aujourd’hui, elle compte 25 000 étudiants. Soit plus d’un quart de sa population. Ajoutons à cela une offre culturelle qui s’est beaucoup développée ces dernières années. Danse, musique, cinéma… les festivals s’enchaînent. Dans une ville ouverte, accueillante. Avec une pléiade de zones piétonnes, agrémentées de terrasses de café, de boutiques atypiques. La place Leclerc, débarrassée des voitures, offre désormais un joli point de vue sur la préfecture. Poitiers respire. Se tourne vers l’avenir. La ville n’en oublie pas pour autant ses spécificités et son terroir. Broyé du Poitou et tourteau fromager sont toujours les produits stars sur les étals, les jours de marché !

Vivre à Poitiers

Poitiers compte près de 91 500 habitants. Parmi eux, on recense 25 000 étudiants, dont 4 000 viennent de l’étranger. Quant au Futuroscope, depuis sa création en 1987, il a accueilli plus de 40 millions de visiteurs. Ce qui en fait le 2ème parc d’attractions français, après Disneyland Paris.
Les appels d'urgence
  • Urgences médicales / Samu : 15
  • Police: 17
  • Sapeurs pompiers: 18
  • Urgences sociales /SOS sans abri: 115
  • Siveer, urgences de 18h à 8h: 06 07 18 26 76
  • ERDF, urgences : : 09 726 750 86
  • GDF dépannage (gaz de ville) :: 0 800 47 33 33
  • Centre anti poison: 05 56 96 40 80
Les Institutions

Santé

Utiles
  • Objets trouvés: 05 49 52 35 35
  • Pictavie (problèmes sur la voirie): 0 800 88 11 39
  • Perte ou vol de cartes bancaires: 0 892 70 57 05
  • Fourrière intercommunale: 05 49 88 94 57
  • Interflora: 08 99 23 50 99
  • Allo Ciné: 08 99 23 50 94
  • Météo France: 08 99 71 02 99

Entretien, dépannage


Médecins et spécialistes


Pharmacie et santé


Administrations et associations


Banque


Avocats et conseil juridique


Restaurant


Immobilier


Services aux entreprises


Voiture et moto


Bricolage, fleuriste et autres commerces


Alimentation


Autres domaines d'activités


Beauté


Vêtements, chaussures


Art et culture


Hôtel et tourisme


Assurances


Education et formation


Sports


Bâtiment


Bijouterie


Location de voiture


Maison et jardin


Fabrication et commerce de gros


Meubles, articles de décoration


Voir toutes les catégories de Poitiers

Voir l'annuaire particulier de Poitiers

Voir les horaires des pros à Poitiers

Se déplacer à Poitiers

Dans Poitiers, on peut se déplacer à pied, bien sûr. Et ce d’autant que le centre-ville dispose désormais d’une zone piétonne élargie. Mais on peut aussi circuler à vélo, en bus ou en voiture. L’agglomération a, en effet, mis en place une offre variée de location de vélo. Celle-ci se décline à la journée, à la semaine ou encore au mois. Du sur mesure, selon ses envies et ses besoins. Côté bus, 16 lignes et plus de 1 000 arrêts permettent de se déplacer dans l’ensemble de l’agglomération. Sans oublier les pertinents Pti’bus, pour relier les zones non desservies, Handibus,pour les personnes à mobilité réduite, ou autre « bus mariage », pour se déplacer en groupe. Quant à la ligne Noctambus, elle circule toute la nuit –jusqu’à 6 heures du matin le week-end- et dessert les principaux pôles d’attraction de Poitiers. Parallèlement, la ville incite au covoiturage et à l’autopartage. Une plateforme Internet permet de rencontrer des « covoitureurs » et de déposer ses annonces. Quant à l’autopartage, le service Otolis propose de louer un véhicule à bicarburation (essence + gaz naturel), citadin ou familial, moyennant un abonnement mensuel de 10 à 20 euros. Enfin, Poitiers a opté pour Carapatte et Caracycle, deux façons écologiques d’accompagner les enfants à l’école. Suivant un tracé défini, ponctué d’arrêts de ramassage à horaires fixes, des adultes volontaires accompagnent, à pied ou à bicyclette, des groupes d’enfants de leur domicile jusqu’à l’école. Même scénario pour le retour. Le ramassage à pied c’est Carapatte, celui à vélo c’est Caracycle.
Poitiers vue du ciel
On peut atterrir et décoller à Poitiers. L’aéroport Poitiers Biard, à 10 minutes de route seulement du centre-ville et de la gare, accueille les compagnies aériennes HOP et Ryanair. Quant aux villes desservies, elles sont françaises (Lyon, Marseille…) et européennes (Londres, Edimbourg, Barcelone…). Attention : aucune navette ne dessert l’aéroport. Excepté celle entre l’aéroport et les hôtels du Futuroscope, à l’arrivée du vol Barcelone-Gérone le vendredi soir et au départ du vol le lundi matin.
Liens utiles
  • TER Poitou-Charentes: 0 810 810 888
  • OTOLIS: 05 49 44 66 88
  • Renseignements Carapatte et Caracycle: 05 49 52 35 35

Découvrir Poitiers

Poitiers est une ville liée à la grande Histoire. Qui a oublié Charles Martel et la bataille de Poitiers qu’il a remportée en 732 ? Mais au delà de cette victoire, pour être convaincu du riche passé de la ville, il suffit de se promener dans sa partie médiévale. Un quartier où monuments, décors somptueux, vieilles bâtisses ne manquent pas. A l’instar du baptistère Saint Jean, qui date du 4ème siècle. C’est l’un des plus anciens édifices chrétiens d’Europe ! Ne manquez pas sa piscine baptismale, de forme octogonale, ni la sublime collection de sarcophages mérovingiens. Etonnant. Puis, place à la cathédrale Saint Pierre, construite en… deux siècles ! L’une des tours de cet édifice du 14ème abrite un bourdon de 4 500 kilos. Bluffant. Il faut aussi jeter un œil à ses grandes orgues du 18ème, ses stalles médiévales et autre vitrail d’époque romane. Même beauté, même élégance enl’église Notre Dame la Grande. La façade de cette église romane est une curiosité à elle seule : sculptée au début du 12ème, elle a été restaurée dans les années 1990 et a ainsi révélé d’anciennes traces de polychromies. Une splendeur.
Et l’on s’émerveille tout autant en l’église Saint Hilaire le Grand, dont les absidioles articulées autour du transept sont à voir absolument. Bâtie sur la route de Compostelle, cette église a été classée au patrimoine mondial de l’Unesco en 1998. Quant à l’Hôtel de ville, construit durant la seconde moitié du 19ème, il fait partie d’un projet d’urbanisme qui incluait également la construction de la préfecture et la création de l’actuelle rue Victor Hugo. Un chantier titanesque, qui a alors révolutionné l’organisation du centre de la ville. Il ne faut pas hésiter à pénétrer dans cet Hôtel de ville, car son escalier est de toute beauté. A l’instar des salons d’apparat, qui servent désormais de salles pour les mariages. Au fil des rues, le palais de justice mérite, lui aussi, le détour. Ancien palais des comtes de Poitou et des ducs d’Aquitaine, sa salle des Pas perdus, longue de 50 mètres, est une leçon d’Histoire à elle seule. Autrefois dédiée aux réceptions, joutes poétiques ou autres banquets, ses murs sont joliment tapissés selon le style gothique angevin, les cheminées colossales et les sculptures omniprésentes. Un mot de la tour Maubergeon : la rumeur prétend que Jeanne d’Arc y aurait été séquestrée et interrogée. Mais le doute subsiste et le mystère plane toujours autour de cette tour...
Quant au musée Sainte Croix, ses collections liées à l’archéologie et à la peinture sont à découvrir. Côté archéologie, une habile mise en scène raconte l’histoire du Poitou depuis la préhistoire jusqu’au Moyen Age. Côté peinture, on s’émerveille devant la sélection de toiles signées Ingres, Bonnard, Vuillard, Maillol ou encore Mondrian. Enfin, preuve que Poitiers sait mêler passé et présent, ancien et contemporain : l’espace Pierre Mendès France, voisin du baptistère Saint Jean, joue le rôle de palais de la Découverte poitevin. On le reconnaît à son dôme ultra moderne et ses expos temporaires, ou autres ateliers d’initiation à la science, donnent un avant-goût des activités propres au Futuroscope (voir « S’échapper »).

Le soir venu, Poitiers change de peau. La ville révèle un autre visage. Plus festif. Plus incisif. Parfois plus décalé. Plus osé. Normal : entre les cafés, les bars animés, colorés, du centre ville et l’offre culturelle de plus en plus riche, on peut déambuler jusqu’au bout de la nuit. Première escale, incontournable : le Confort Moderne. On y va pour les concerts, les expos, la fanzinothèque, mais aussi pour boire un verre ou grignoter. Ambiance jeune, étudiante, résolument anticonformiste, voire avant-gardiste. D’autres préfèrent se retrouver autour d’un café ou d’un verre àLa Serrurerie ou au Pince-Oreille, qui organise des concerts de blues ou de jazz quasiment tous les soirs. Autres QG d’habitués : le Café des Arts, voisin de Notre Dame la Grande, et ,plus branché, le 16 Carnot, dont la déco s’inspire des bars lounge. Un mot duCaribou café, sans doute le plus insolite : c’est une cabane, comme au Canada ! A l’étage, on croise paires de ski, patins à glace et ours empaillé. Au comptoir, on boit de la bière québécoise. Une étonnante invitation au voyage.
Parallèlement, Poitiers propose plus de 3 000 spectacles par an. C’est beaucoup. Danse, musique, théâtre, cinéma… il y en a pour tous les goûts et toutes les envies. Au Confort Moderne, place aux musiques actuelles : pop, rock, électro… Le Carré Bleu, pour sa part, mise plutôt sur le jazz. Quant au TAP, Théatre Auditorium de Poitiers, il sort des sentiers battus. Rien que son architecture a de quoi surprendre : une sorte de cube de verre planté dans le centre historique de la ville. Quant à la programmation de cette scène nationale, elle mêle théâtre contemporain –dans une salle de 700 places-, cinéma d’auteurs, musiques classiques et actuelles. Un vrai bouillon de cultures. Enfin, Poitiers compte deux cinémas en centre-ville : leCGR-Castille et le Dietrich, classé « art et essai ». Ce-dernier organise une pléiade d’animations, en plus des projections, dont de nombreux débats et rencontres avec les professionnels du 7ème art.

Janvier - Février :
-Maison Confort : durant 3 jours, tout début février, ce salon -installé au Parc des Expositions- est l’occasion de rencontrer des professionnels de l’immobilier, la construction, la rénovation, des éco-énergies, de l’aménagement des jardins… Malin.
Mars :
-Les Electrisantes : durant 2 jours, mi-mars, ce festival poitevin réunit une pléiade d’artistes issus de l’univers des « musiques actuelles électriques ». Les concerts sont organisés dans différents sites musicaux de la ville.
Avril :
-A Corps : chaque année et durant une semaine, ce festival de danse fait vibrer Poitiers. Avec des spectacles, rencontres, débats et autres focus sur des écoles de danse. -Festival du cinéma hispano-américain : durant une semaine, une sélection de films sont en compétition au cinéma le Dietrich. Ce festival est organisé sous la houlette du Lycée pilote innovant international, dont les élèves gèrent eux-mêmes le choix des films, la réalisation de l’affiche du festival, la communication… -Raisons d’agir : ce festival de 3 jours invite et incite à la réflexion sur des thématiques politiques et sociétales. Echanges et dialogues s’établissent, ici, entre chercheurs, artistes, étudiants, politiques…
Mai :
-Foire expo : chaque année et durant 9 jours, la Foire Expo s’installe au Parc des expositions de Poitiers. Quelque 260 exposants sont présents et le Village des artisans est toujours une curiosité, avec ses professionnels des métiers d’art, de bouche, du bâtiment ou encore des services.
Juin :
-Chasse au trésor : chaque année, de la fin juin jusqu’à la mi-septembre, le Grand Poitiers propose de partir à la découverte du patrimoine de l’agglomération, à travers une vaste chasse au trésor. Au programme : des énigmes à résoudre, en famille ou entre amis, à pied, à vélo ou en auto. -Poitiers Elégance Automobiles : ce rallye touristique de 2 jours –fin juin- a sa ligne de départ dans le parc de Blossac. Seules les voitures anciennes ou de collection participent à cette belle échappée.
Juillet-Août :
-Sortir à Poitiers : durant tout l’été, une cinquantaine de spectacles de théâtre, de danse, des concerts, des séances de cinéma en plein air… sont organisés dans différents quartiers de la ville. Tout est gratuit. -Picta Latina : ce festival propose 3 jours entièrement dédiés à la salsa. Au programme : danse, cours de danse, concerts gratuits, soirées latines… -Les Heures vagabondes : du début du mois de juillet jusqu’à la mi-août, ce festival propose une quinzaine de concerts gratuits dans les communes rurales voisines de Poitiers. Au programme : pop, rock, variétés… à Mirebeau, Châtain ou encore Montmorillon. -Saxophone en mouvement : ce festival estival –chaque année en août, durant une semaine- propose une série de concerts de jazz ouverts à tous. Parallèlement, l’Académie internationale de saxophone accueille une cinquantaine de jeunes saxophonistes, de toutes nationalités, pour que ces-derniers puissent se perfectionner auprès des invités du festival.
Septembre :
-Habitat : ce salon, organisé durant 3 jours au Palais des Congrès, réunit plus de 120 professionnels issus des dernières tendances et innovations de l’habitat. Du sur mesure pour le grand public qui s’intéresse à la construction, la rénovation, l’isolation, la déco, le bricolage…
Octobre :
-Jazz à Poitiers : d’octobre à juin, Carré Bleu affiche une programmation de jazz actuel et autres « musiques nouvelles improvisées » issues du jazz. Une quarantaine de concerts sont ainsi organisés. -Les Expressifs : pendant 4 jours, ce festival mêle spectacles de rue, cirque, découvertes de jeunes talents et échanges en tout genre dans les rues de Poitiers. Deux mots d’ordre : gratuité et proximité.
Novembre - Décembre :
-Rencontres Henri Langlois : chaque année, fin novembre et durant toute une semaine, ce festival international révèle les meilleurs courts métrages de fin d’études des écoles de cinéma. -Marché de Noël : de la fin du mois de novembre jusqu’au jour de l’An, cadeaux et décors de Noël sont proposés dans les petits chalets installés au cœur de la ville. Ambiance festive et conviviale, tous les jours entre 10h et 19h. Parallèlement, le parc de Blossac s’anime durant cette même période, avec une grande roue et des promenades en calèche.

Se faire plaisir à Poitiers

Le shopping à Poitiers démarre aux abords de l’Hôtel de Ville. C’est-à-dire dans les rues piétonnes alentours, où toutes les grandes enseignes de prêt-à-porter et autres accessoires en vue, en vogue, ont élu domicile. Une expérience à prolonger jusqu’à l’Ilot des Cordeliers, en haut de la rue de la Cathédrale : en effet, cette galerie marchande réunit une quarantaine d’enseignes, parmi lesquelles Zara, Etam, Petit Bateau, Camaïeu… Pour un shopping plus personnalisé, plus insolite, plus atypique, il faut flâner toujours dans le centre ville. Du côté de la rue de la Cathédrale, par exemple. Là, on pousse la porte de la Maison de papier, qui cache des dizaines de papiers colorés, mais aussi des bijoux, boîtes à tout, mobilier à customiser…
Tout aussi inédit : la Fabrique de parapluies, dans la Grand Rue. Du pliant à glisser dans son sac au divin Chamberlain, en passant par le parapluie coloré, décalé ou amusant pour les enfants, tout est possible dans cette drôle de Fabrique que la famille François se transmet depuis 4 générations… déjà ! Quant au Flambeau d’argent, impossible d’y échapper. C’est une institution depuis… 1735 ! La maison approvisionne les églises en cierges, bien sûr, mais les créations de bougies parfumées ont également la cote auprès des particuliers. Autre coup de cœur, côté déco :le Cottage de Joce, rue Edouard Grimaux. Cette jolie boutique propose une belle sélection de linge de maison, mais aussi de la vaisselle, des verres, des accessoires pour égayer son intérieur avec goût.
Poitiers, c’est aussi la ville pour bien remplir son panier. De provisions. Car la région compte de nombreuses spécialités gourmandes : agneau labellisé, beurre AOC, Chabichou, melon, huile de noix, farci poitevin, broyé du Poitou, tourteau fromager… un vrai festin ! Alors, oui, la plupart de ces produits se trouvent sur les marchés de la ville, mais la Maison du tourisme est également une bonne adresse : broyé, mogettes aux manchons de canard confit, miel d’acacia, vins du Haut Poitou… plusieurs dizaines de produits typiques de la région sont présentés dans cette boutique, certes un brin touristique, mais fort sympathique ! Autre épicerie fine à fréquenter sans modération : Nulle part ailleurs. Ici aussi, on trouve du salé et du sucré. Mais, plus inattendu : des épices côtoient des fromages locaux, des pâtes venues d’Italie, de la fleur de sel rapportée d’Espagne ou encore de l’huile d’olive dénichée en Grèce. Unique ! A tester aussi :la pâtisserie Fink, une institution depuis 1829. Même si la maison a été reprise, il n’en demeure pas moins que les chocolats, tartes et gâteaux restent des références dans la ville. Tout aussi immanquable : la maison Rannou-Métivier, pour ses précieux macarons, dont la recette –gardée secrète- se transmet depuis 5 générations. D’ailleurs cela fait l’objet d’un musée, le Musée du macaron, à voir à Montmorillon. Quant au Fruit Défendu, une cave fort bien pourvue en bons crus, c’est le QG des gourmets soucieux d’accorder mets et vins. Enfin, pour finir en beauté une journée de shopping, rien de mieux que de s’allonger et se laisser chouchouter chez Esprit Zen. Cet institut propose notamment des soins à base de sel et de boue en provenance de la Mer morte : le visage s’en trouve détendu, le corps adouci et l’esprit… léger !
Liens utiles

Sortir à Poitiers


Tag pub 300*250 a mettre ici
Au regard des spécialités gourmandes que compte Poitiers et ses environs, on ne peine pas à trouver de bonnes tables dans le centre de la ville. Après, c’est une question de goûts et d’envie. Si l’on aime l’esprit brasserie, la Gazette, table voisine du palais de justice, est un bon plan. Déco soignée, jolie terrasse et carte plaisante : si l’on est pressé, on peut même opter pour une planche de charcuterie et un verre de vin, c’est divin ! Même ambiance de bistrot àl’Absynthe. Ici, les produits de saison sont à l’honneur : quel bonheur ! Et l’on passe à table dans une déco volontiers rétro, avec pubs vintage et chaises de bistrot. Plus champêtre, alors que nous n’avons pas quitté le cœur de ville :la Table du jardin. Installé dans une rue piétonne, on a l’impression d’être en vacances. Surtout aux beaux jours. Terrasse accueillante et cuisine imaginée à partir des produits du marché : on ne peut que marcher !
Pour les fans de décalé, rendez-vousaux Bons Enfants. Ici, rue Cloche Perse, on a l’impression d’être parti très loin. Dans un pays imaginaire. Façade kitchissime, dessins et ardoises d’écoliers sur les murs, mobilier à l’ancienne : on est ailleurs. Mais le retour sur Terre se fait avec la cuisine, délicieuse et couleur locale. Autre incitation au voyage avec Les Antipodes. Là, on assume l’esprit globe-trotter. Jusque dans les petits plats où les épices du bout du monde sont à la fête. Le tout dans une salle voûtée du 12ème, classée Monument historique. Très chic ! Enfin, si l’on veut savourer, s’attarder à table, ne pas regarder sa montre ni son portable, il faut aller chez Alain Boutin. A deux pas du parc de Blossac, cette table gastronomique s’inspire des trésors régionaux. Viande parthenaise, poulet de Barbezieux, Farci poitevin, macaron de Montmorillon, angélique de Niort… on adore !

Flaner à Poitiers


Tag pub 300*250 a mettre ici
Flâner dans Poitiers, c’est se balader, sans se presser, dans le centre de la ville. Du quartier de l’Hôtel de ville aux abords de Notre Dame la Grande, en passant par le palais de justice. Au rythme des époques, au gré des vestiges architecturaux, des rues piétonnes et des terrasses ensoleillées de la place du maréchal Leclerc, le temps d’une pause café. Il fait bon aussi se promener sur les berges du Clain, en partant de Notre dame des Dunes, puis en poursuivant jusqu’au parc de Blossac. Celui-ci comprend plusieurs espaces. Un vaste jardin à la française de la fin du 18ème, bordé par les anciens remparts de la cité. Mais aussi un jardin anglais, encore plus charmant et plus romantique : ses cours d’eau et petits ponts sont autant d’incitations à la rêverie. Quant au jardin des plantes, situé au pied du centre-ville, il s’articule autour d’un étang et s’étend sur un hectare où arbres centenaires côtoient jardin botanique, serre tropicale peuplée de 150 espèces exotiques et autres plantes médicinales.
A ne pas manquer non plus : le parc floral et sa roseraie, qui compte quelque 400 variétés de rosiers différents. Sans oublier le jardin des Sens, qui permet de marcher dans la prairie ou au bord de l’eau, à quelques minutes du cœur de la ville. Enfin, pour conclure l’escapade, direction le quartier de la caserne Aboville. Là, il faut emprunter un escalier, face au pont Joubert. Ça monte, ça monte ! Les talons aiguilles sont à proscrire ! Mais, une fois là-haut, ça vaut le coup d’œil : la terrasse aménagée offre une vue panoramique sur Poitiers, ses principaux monuments, la cathédrale et le Clain.

Sortir de Poitiers, c’est avant tout découvrir le Futuroscope. Le plus gros employeur de la Vienne ! Et pour cause. En marge du parc de loisirs, le Futuroscope c’est aussi un lycée, une école d’aéronautique, une soixantaine d’entreprises de pointe, de nombreux hôtels et des restaurants. Une ville à côté de la ville… Dix kilomètres seulement séparent Poitiers du Futuroscope. Idéal pour une échappée en famille, le parc du Futuroscope regroupe une multitude d’activités, attractions, spectacles. On part à l’aventure en 4D avec Arthur et les Minimoys, une création signé Luc Besson. On danse avec de gigantesques robots sur des chorégraphies de Kamel Ouali et au rythme d’une playlist signée Martin Solveig. Et puis sensations garanties dans les cinémas circulaires ou face aux écrans géants, images en 3D, films en relief… Quant à la Cité du numérique, c’est le paradis des fans de jeux vidéo. Bref, on passe facilement la journée entière au Futuroscope, pour le plus grand bonheur des enfants comme des ados.
Si toutefois, il reste du temps, quelques curiosités sont à ne pas manquer à proximité du Futuroscope. A commencer par la Maison d’autrefois, à Chasseneuil. Comme son nom l’indique, cette maison abrite des collections d’objets du quotidien issus d’époques révolues, allant du 19ème aux années 1950. Autre voyage dans le temps au musée d’Art populaire, à Migné-Auxances : voitures anciennes, vélocipèdes, jouets d’autrefois, gramophones, plaques émaillées… cet inventaire à la Prévert s’étend sur plus de 2 000 m2 d’exposition. Puis, on peut visiter le château de Dissay, ses douves, son jardin, y compris ses écuries. Les amateurs de bons vins feront, quant à eux, un détour par le domaine Ampelidae à Marigny-Brizay. Quand les gourmands préfèreront découvrir la seule huilerie qui existe encore à Neuville. Enfin, les nostalgiques du philosophe Michel Foucault, né à Poitiers, iront se recueillir sur sa tombe dans le village voisin de Vendeuvre du Poitou.
Si l’on s’éloigne à plus de 20 kilomètres de Poitiers, d’autres sites sont à voir également. Car tout aussi ravissants. Voire étonnants. A l’instar de Vouillé, où Clovis s’est battu en 507. Ou encore Mirebeau, capitale du… baudet ! En août, ce village de 2 300 habitants accueille la foire de Saint-Louis : une foire où tous les baudets de la région se retrouvent. Drôle de rendez-vous ! Puis, à Loudun, on s’arrête au musée Renaudot, maison natale de Théophraste Renaudot en personne, l’inventeur de la fameuse Gazette. Les plus sportifs en profiteront pour emprunter le sentier baptisé le Pé de Jojo : ce parcours nature, au nom un brin pittoresque, est jalonné de tables de jeu et autres bornes ludiques, conçues pour toute la famille.
Enfin, deux pépites de la région : la forêt de Scévolles et le village de Richelieu. La première s’étend sur quelque 3 000 hectares, où chênes, noisetiers et pins sont plantés à perte de vue. On peut s’y promener à pied ou à vélo. Avec un peu de chance on peut aussi y croiser biches, daims, lapins… Quant à Richelieu, ce village de 2 000 habitants trouve ses origines sur un terrain offert au cardinal de Richelieu par Louis XIII, en 1631. Aujourd’hui, on le visite pour sa Grande Rue et son enfilade de façades à l’identique. On pousse la porte du musée de l’Hôtel de ville, consacré à l’histoire du lieu, pour voir livres et objets qui ont appartenu au cardinal. Et les gourmands se laissent tenter par les produits présentés sur les étals des vieilles halles, situées au centre du village. Cela se passe le jour du marché. A savoir, chaque vendredi matin.