Grenoble

: une dynamique au pied des pistes
Fini l’image de la ville étape avant d’accéder aux pistes de ski. Dépassé le cliché de la cité discrète et sage, cachée dans l’ombre de Lyon, sa voisine. Grenoble s’est désormais hissée parmi les grandes villes qui comptent. Et pour cause : 1er pôle scientifique et de recherche en France, après la région parisienne, la capitale du Dauphiné est également la 1ère concentration en emplois stratégiques, juste derrière Paris. La dynamique économique est bien là. Dopée de surcroît par une communauté étudiante importante. Grenoble rayonne. La patrie de Stendhal fait désormais référence. Elle attire. Autant par son histoire, dont ses antécédents de cité olympique en 1968, que par sa vieille ville, ses allures de bouillon de cultures et la qualité de vie qu’elle propose à proximité des montagnes. Plus exactement au carrefour du Vercors, de la Chartreuse et de Belledonne. Un site unique. On part skier le matin, on rentre pour un concert du côté de la place Saint André ou pour une toile à la Cinémathèque. Qui dit mieux ? Grenoble la troublante, voire la déstabilisante : avec d’un côté ses vestiges archéologiques de l’enceinte gallo-romaine, et de l’autre, son téléphérique qui relie le centre-ville à la colline de la Bastille, perchée à 266 mètres d’altitude. D’un côté sa cathédrale Notre Dame, de l’autre d’étonnantes prouesses architecturales contemporaines, comme « l’immeuble à vélo » ou la gare supérieure du téléphérique. Grenoble mise sur l’avant-garde. Elle va vite.

Vivre à Grenoble

Avec quelque 156 000 habitants, Grenoble est la 10ème aire urbaine de France et la 5ème aire urbaine la plus étudiante, avec 64 700 inscrits à l’université ou dans des écoles de l’enseignement supérieur. Grenoble est, en effet, une ville jeune : 33% de sa population a moins de 35 ans.

Les appels d'urgence

Urgences médicales / Samu
15
Police
17
Sapeurs pompiers
18
Urgences sociales /SOS sans abri
115
GEG Electricité
04 76 84 37 37
GEG Gaz
115
Centre anti-poison
04 76 84 36 36
SOS Médecins
04 38 701 701
Cabinet médical de garde (Clinique Mutualiste)
04 76 70 70 00
SOS Vétérinaires
04 76 47 66 66

Les Institutions


Santé

CHU de Grenoble
04 76 76 75 75

Numéros Utiles

Perte ou vol de cartes bancaires
0 892 70 57 05
Fourrière municipale
04 76 87 49 12
Interflora
04 81 68 07 00
Allo Ciné
08 99 23 50 94
Météo France
08 99 71 02 99

Se déplacer à Grenoble

Une voiture pour circuler dans Grenoble ? Celle-ci n’est pas indispensable. En effet, la ville dispose d’une large palette de transports en commun. A commencer par le tramway, qui compte 4 lignes dès 4h30 le matin. Quant au réseau de bus, ses 25 lignes desservent les 28 communes de l’agglomération grenobloise. Ajoutons à cela 15 parking-relais, qui permettent de garer son auto au bout d’une ligne de tramway ou de bus, puis de poursuivre son trajet en transport en commun. En outre, pour les inconditionnels de la voiture, Cité Lib est un dispositif d’auto-partage, avec des véhicules en libre service 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Côté vélo, il est possible d’en louer un –à l’heure, à la journée ou à l’année- par le biais du dispositif MétroVélo. Avec un stationnement possible et gardé dans les parkings-relais ou les MétroVéloBox (service de consigne et de location automatisé). Rappelons que l’agglomération grenobloise compte actuellement 310 kilomètres de pistes cyclables, afin de faciliter et sécuriser les déplacements à bicyclette. A l’horizon 2007, ces voies seront étendues à 430 kilomètres, dans le cadre d’un nouveau Plan de déplacements urbains. La curiosité grenobloise ? C’est son téléphérique et ses fameuses bulles qui peuvent contenir chacune jusqu’à 6 passagers. Ce mode de déplacement permet de survoler la ville, direction la Bastille, une petite montagne fortifiée à 266 mètres d’altitude. Enfin, la gare de Grenoble, reconnaissable à l’imposante sculpture de Calder qui accueille les voyageurs, est desservie par le TGV et le TER. Rappelons que nous ne sommes qu’à 3 heures de Paris, en TGV.

Liens utiles
AlloTAG
0820 48 6000
Cité Lib
04 76 24 57 25
Métrovélo
0 820 22 38 38

Découvrir Grenoble

Grenoble veille. Souvent jusque tard le soir. Une fois la nuit tombée, c’est le début d’une autre vie. D’un autre tempo. Musique, théâtre, cinéma, l’offre culturelle est riche. Variée. Tout au long de l’année. Et les lieux multiples. Rien que pour les concerts, classique, pop, rock, rap, électro…, une quinzaine de sites s’y prêtent : du Conservatoire au Théâtre Sainte Marie d’en Bas, en passant par l’Ampérage, la Bobine, la Chaufferie, le Café des Arts ou encore le Summum, voisin d’Alpexpo. Ajoutons à cela la future Salle des musiques amplifiées, la Belle Electrique, à Bouchayer-Viallet, attendue pour le début de l’année 2014. Elle comptera quelque 900 places.
Côté théâtre, salles et scènes ne manquent pas à Grenoble. Centre dramatique national des Alpes, Théâtre 145, Espace 600, Salle Noire, Théâtre de poche… une douzaine de lieux s’ouvrent aux pièces classiques ou contemporaines, ainsi qu’à la danse. En effet, Grenoble a son Centre chorégraphique national : un centre de référence, dirigé par le danseur et chorégraphe Jean-Claude Gallotta. Citons aussi le Théâtre Coccinelle, dont la programmation est spécialement conçue pour les enfants. Et puis Grenoble se veut aussi cinéphile. La ville dispose d’une Cinémathèque, avec projections, débats, rencontres, avant-premières…, et de plusieurs dizaines de salles obscures. Parmi celles-ci, on distingue celles spécialisées dans les sorties en première exclusivité (Pathé Chavant, Les 6 Rex…) et celles classées art et essai (le Méliès, le Club…). Enfin, une soirée à Grenoble, c’est aussi prendre un verre dans l’une des adresses emblématiques du centre ville, à l’instar de la Table ronde, ouverte en 1739 et 2ème plus vieux café de France, après le Procope à Paris. Citons aussi les festifs London Pub, Couleur café, Couche-tard, Métropolitain ou autre Saxo.

Ville résolument tournée vers la culture, Grenoble réunit une dizaine de musées qui témoignent de son histoire, de son identité, de sa personnalité. A l’instar du musée archéologique : pédagogique et ludique, il raconte et explique l’histoire de la ville, ses croyances, ses traditions. Avec des vestiges mis en scène de façon à susciter la curiosité et l’émotion des visiteurs. Dans la même veine, le musée Dauphinois, installé dans l’ancien monastère de Saint Marie d’en Haut, avec vue imprenable sur Grenoble, retrace toutes les périodes de l’histoire alpine. Quant au musée de l’Ancien Evêché, situé dans l’ancien palais des évêques, il met en valeur les vestiges du baptistère de Grenoble, datés des premiers temps chrétiens. Un voyage dans le passé, pour les passionnés d’Histoire, de vieilles pierres, de cultures anciennes. Parallèlement, deux autres musées sont en lien avec le patrimoine de la ville et la grande Histoire de France : le musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère et le musée des Troupe de montagne. Le premier, également Maison des Droits de l’homme, permet de mieux comprendre comment s’est déroulée la période 1939-1945 en Isère, à grand renfort de photos, objets, documents audiovisuels. Le second, pour sa part, propose une immersion totale dans le quotidien des soldats de montagne : on s’y croirait !
A ne pas manquer non plus : le musée de Grenoble. Créé en 1798, il compte aujourd’hui quelque 900 œuvres, qui parcourent toute l’histoire de la peinture occidentale du 13ème jusqu’au 21ème siècle. Peinture, classique flamande, italienne, espagnole, toiles du 20ème, œuvres retraçant toutes les tendances de l’art contemporain depuis 1945 : il y en a pour tous les goûts, toutes les sensibilités. Changement de décor avec le musée Stendhal. Ici, dans l’appartement du Dr Gagnon, grand-père maternel de l’écrivain, une exposition permanente fait revivre le lieu où le cœur et l’esprit de l’auteur du Rouge et le Noir se sont éveillés. Cet appartement comprend, entre autre, un salon à l’italienne, un cabinet d’histoire naturelle, un cabinet d’été ou de travail, une chambre, une terrasse avec pergola et vue sur le Jardin de Ville : une occasion unique de partir sur les traces de l’écrivain. En 2011, ce lieu singulier a reçu le label Maison des Illustres, décerné par l’Etat. Enfin, l’Eco’musée-restaurant Le Mont Rachais invite à découvrir de quelle façon certains vignerons de la région se sont reconvertis à l’exploitation de la noix. Ils ont ainsi donné au Dauphiné un nouvel essor autour de la fameuse noix de Grenoble, associé à l’histoire de l’ébénisterie locale à partir du bois de noyer. Ce petit musée aux allures de maison de famille se situe au pied du Mont Rachais, une montagne sur laquelle autrefois des vignes donnaient un vin blanc pétillant.

Les grands rendez-vous :
Janvier:
-Fête de la raquette à neige : chaque année, un dimanche de janvier est consacré à la découverte de la glisse nordique. Initiation, perfectionnement, démonstrations, avec randonnées, parcours d’orientation et ateliers techniques pour parfaire ses sauts et glissades. -Festival des maudits films / www.festivaldesmauditsfilms.com Le Centre culturel cinématographique propose 4 jours de projections et de rencontres pour découvrir le « cinéma bis », un genre qui couvre la série B et la série Z. -Paroles de chanteurs : pendant une semaine, le Théâtre Sainte Marie d’en Bas s’ouvre à la chanson et aux textes de qualité. Au programme : concerts et prestations d’auteurs compositeurs interprètes, issus de la scène nationale.
Février :
-Cinéduc / cineduc.org Chaque année paire et durant une semaine, enfants et ados participent à ce festival du cinéma en vue d’acquérir une démarche critique et constructive vis à vis de l’image. Il s’agit aussi de souder les liens entre institution scolaire, enseignants et professionnels du 7ème art. -Festival de la marionnette : durant 10 jours, les marionnettes sont à l’honneur à Grenoble. Avec des spectacles pour enfants (au Prunier sauvage), mais aussi pour adultes (au Théâtre 145 et au Théâtre de poche).
Mars :
-Biennale de l’habitat durable / www.biennalehabitatdurable.fr Chaque année impaire, tous les acteurs qui font et préparent la ville de demain se retrouvent dans le cadre de ce salon : bâtisseurs, artisans, ingénieurs, architectes, habitants… tous ont rendez-vous dans un éco-quartier grenoblois pour débattre et échanger sur notre habitat futur. -Les femmes s’en mêlent : durant 2 semaines, ce festival programme une pléiade de chanteuses et groupes 100% féminins, tous issus de la scène musicale indépendante. Attention, talents ! -Grenoble Gospel Jazz festival : c’est « le » rendez-vous jazz et gospel de Grenoble. Pendant 2 semaines, les concerts, performances, stages, rencontres musicales s’enchaînent dans différents lieux et salles de concert de la ville. -Foire des Rameaux / www.foiredesrameaux.com De mi-mars à mi-avril, cette foire s’installe sur l’Esplanade de Grenoble (Porte de France). Plus de 120 manèges, stands, distractions et autres attractions à sensations sont au programme.
Avril :
-Course aux œufs : chaque lundi de Pâques, depuis la gare d’arrivée du téléphérique Grenoble Bastille, une grande chasse au trésor est organisée autour du thème du patrimoine grenoblois. A gagner : des œufs en chocolat ! -Place aux jeux : pendant 4 jours, dans différents lieux de Grenoble et à la Halle Clémenceau, on joue à tout ! Jeux de société, jeux de carte, jeux d’adresse, jeux de lancer… Il y en a pour tous les goûts, pour les petits comme pour les plus grands. -Les détours de Babel / www.detoursdebabel.fr Ce festival des musiques du monde contemporain dure 20 jours et propose plus de 80 rendez-vous, dont 45 concerts et spectacles, dans différents lieux de Grenoble et ses alentours. Plus de 50 compositeurs et 150 artistes font le déplacement. -Printemps du livre de Grenoble / printempsdulivre.bm-grenoble.fr Place aux livres durant 5 jours. Avec des lectures, débats, rencontres, dédicaces… dans différents lieux de la ville, dont plusieurs bibliothèques, la Maison du tourisme ou encore le Théâtre municipal.
Mai :
-Regards croisés : les passionnés de théâtre contemporain ont rendez-vous pendant une semaine au Théâtre 145, pour des lectures de pièces, des rencontres au Café des auteurs et le fameux « rendez-vous de 18h », organisé dans différents lieux de Grenoble. -Quartiers libres : 4 jours dédiés à tous les arts vivants. Concerts, théâtre, improvisations, chorales, parades dans les rues… Grenoble est en fête.
Juin :
-Narkolepsy short films festival : une soirée consacrée aux films courts de fiction, animation, motion design ou expérimentaux, venus de tous les pays. Sur le parvis du Musée de Grenoble, lors d’une projection gratuite et en plein air. -Fort en son : ce festival de fanfares a lieu chaque année mi-juin et durant 3 jours. Au programme : concerts dans les rues, sur les marchés, nombreuses animations à la Bastille… très festif !
Juillet :
-Rencontres Brel / www.rencontresbrel.fr Pendant 6 jours, concerts, rencontres avec une pléiade d’artistes de la scène pop-rock. A Saint Pierre de Chartreuse. -Festival du film court : la place Saint André est transformée en salle géante de cinéma en plein air, durant 5 jours. Avec une trentaine de films en compétition, provenant d’une quinzaine de pays différents. -Cabaret frappé / www.cabaret-frappe.com Rock, pop, soul, musiques du monde… tous les styles de musique sont représentés le temps de ce festival : 6 jours non stop de concerts, rencontres, lectures, jeux, bals… à travers tout Grenoble.
Août :
-Festival de la cour du Vieux Temple / www.festivalduvieuxtemple.fr Chaque soir, durant 10 jours, théâtre, musique, cirque et danse dans la fameuse cour Marcel Reymond, dite cour du Vieux Temple. -Festival Berlioz / www.festivalberlioz.com Les plus grands orchestres symphoniques nationaux participent à ces 11 jours consacrés à l’œuvre de Berlioz. Une cinquantaine de concerts ont lieu à la Côte-Saint-André, ville natale du compositeur, aussi bien dans la cour du Château Louis XI que sous la Halle médiévale ou encore la Ferme Berlioz.
Septembre :
-Fête de la Bastille : début septembre, durant une journée, concerts de groupes grenoblois et téléphérique offert de 17h à 20h. Le tout sur le site de la Bastille. -Coupe Icare : chaque année, durant 4 jours, le vol libre et les sports aériens sont à l’honneur à Saint Hilaire du Touvet.
Octobre :
-Biennale arts sciences / rencontres-i.eu Chaque année impaire, les arts et les sciences se côtoient durant ce festival de 10 jours. Au menu : théâtre, danse, concerts, spectacles, performances… -Rocktambule / www.rocktambule.com Ce festival de rock s’installe durant 4 jours aux Papeteries de Pont de Claix. -Le Millésime / www.lemillesime.fr Chaque année, durant 2 semaines, ce festival mêle œnologie, musique et marché de producteurs au cœur de Grenoble. Avec un « village vigneron » sur la place Victor Hugo.
Novembre :
-Les 5 jours de la BD : ce festival réunit auteurs et amateurs, pour des séances de dédicaces, des rencontres, mais aussi des animations, des expositions. Au Alpexpo. -Salon du chocolat : Grenoble a son chocolat show ! Durant 3 jours, au Alpexpo, on goûte, on déguste, on regarde les pâtissiers et chocolatiers s’affairer en coulisses : pour gourmets et gourmands de tous les âges. -Les rencontres du cinéma italien / dolcecinema.com Durant 10 jours, Grenoble se met à l’heure de la dolce vita. Coup de zoom sur le cinéma italien, avec projections et rencontres d’acteurs et de réalisateurs. -Festival international du cirque : durant 5 jours, le Palais des Sports de Grenoble accueille clowns, trapézistes, contorsionnistes, jongleurs, magiciens… pour des numéros parmi les plus impressionnants du moment.
Décembre :
-Festival international du film de montagne : chaque année à Autrans, et durant 5 jours, focus sur la montagne en images. Voyages, expéditions, grandes traversées, exploits… tout est projeté, raconté, commenté. Pour les passionnés. -Festival de piano : le Théâtre Sainte Marie d’en Bas accueille jeunes talents et interprètes reconnus pour son festival de piano. Baroque ou classique, jazz ou romantique, contemporain ou insolite, il y en a pour tous les goûts.

Se faire plaisir à Grenoble

Faire du shopping à Grenoble, c’est soit se laisser tenter par les grandes enseignes (Celio, H&M, Etam, Go Sport, IKKS, L’Occitane, Fnac…),toutes représentées dans le centre commercial Grand’Place, soit se faire surprendre par les boutiques atypiques du cœur de ville. A l’instar de Rose Pâle, qui propose vêtements, bijoux et accessoires de créateurs. Même originalité à La Voile Bleue, où maroquinerie, accessoires et vêtements griffés Paul & Joe ou Jean-Paul Gaultier cohabitent. A découvrir aussi la boutique Lili, pour ses accessoires et autres ballerines qui s’accordent avec tout. Nôa, qui réunit vêtements et accessoires signés Pablo, French Connection ou encore les Petites. Sans oublier l’étonnant Friday shoes, où l’on déniche aussi bien des Nike vintage que des baskets inédites, insolites, ou autres accessoires pour hommes et femmes. Les fans de musique électro y trouveront également des places pour des concerts programmés dans la ville, histoire de faire d’une pierre deux coups et parce que mode et musique ont des points communs dans ce concept-store en vue et en vogue.
Côté déco, tout commence chez Hip. Mobilier, objets et idées : tout se trouve dans ce temple de la maison, avec les conseils précieux de vendeurs avisés. Autre caverne d’Ali Baba pour embellir son intérieur : Home by Asa. Accessoires, vaisselle, vases… tout est beau, raffiné, élégant et estampillé Asa. Autres adresses à ne pas rater : Fab, une boutique de déco décalée, et Avec Naturel, pour ses peintures, papiers peints, fauteuils, canapés, tissus, rideaux, coussins… du sur mesure pour relooker une chambre, un salon, une maison. Et puis que mettre dans son panier à provision ? Des douceurs sucrées du Chardon doré , de l’Instant gourmand ou encore des macarons de chez David & François. Quant aux cookies, c’est chez Adelaïde qu’ils s’achètent : tout chauds, tout beaux, avec le choix parmi une vingtaine de variétés. Le thé, c’est au Jardin du thé : avec une sélection de 300 mélanges différents. Et le pain, à La Fournée, car travaillé et préparé à l’ancienne. Côté salé, il faut flâner dans les allées des marchés pour les produits frais, mais aussi fouiner au Chardon Bleu, dont le service traiteur est de haute qualité : pratique quand on a des invités de dernière minute ! Quant au fromage, c’est aux Alpages que Bleu du Vercors-Sassenage AOC, tommes de Chartreuse ou de Belledonne, Saint Marcellin, Saint Félicien ou autres spécialités aux noix sont les meilleurs. Mais aussi à la laiterie Bayard, maison familiale depuis 1931, à deux pas des Halles : une institution à Grenoble. Enfin, quelques soins pour soi au Hammam Café : masque à l’argile, massage aux huiles essentielles, séance détente au hammam, thé à la menthe… tout a été pensé pour que l’on oublie tous ses petits soucis. Relaxation garantie également à l’Atlanthys spa : jolie déco, douceur des éclairages, douche tout en pierre, aromathérapie, massage à la bougie… ici aussi on s’étend, on se détend.

Liens utiles


Sortir à Grenoble

Trouver les meilleurs endroits où déjeuner / dîner !
Il n’y a que l’embarras du choix pour passer à table à Grenoble. Surtout dans le centre de la ville, aux abords des Halles, des places, dans les rues commerçantes. Pour les petites faims et les budgets serrés, des spots tels que le French coffee shop, la Dolce vita, Fornopresto, ou encore Comme à la maison, avec une ardoise qui change tous les jours, au gré du marché, sont de bonnes adresses. Même scénario avec la crêperie Cadet Rousselle et celle de Blanc Fontaine, dont la galette tartiflette fait un malheur ! Hors des sentiers battus, Le Diférent –avec un seul « f » pour bien se différencier…- se veut à la fois bistrot, resto, lieu d’expo et de concerts. Plat du jour à l’ardoise, snacking original à midi, terrasse colorée aux beaux jours ou table près de la cheminée aux premiers coups de froid : le lieu est désormais QG des plus branchés. L’Ardoise aussi a de quoi surprendre, notamment avec ses menus glissés dans de vieilles pochettes vinyles ou des pages du Dauphiné Libéré.
Quant à chez Mémé Paulette, on nage en plein vintage : tables et bancs en bois, vieux bouquins, boîtes publicitaires hors d’âge et une carte peuplée de tartines salées ou sucrées, concoctées à partir de produits frais du marché. A tester aussi : L’Aparté, dont la carte ne se base que sur les fruits et les légumes. Le tout servi avec soin, dans une déco aérée, un brin bucolique. Quant au K fée des jeux, c’est à la fois un resto le midi et un café-jeux (de société, de cartes, de rôles…) le soir et chaque week-end. Plus classique tout en étant une adresse chaleureuse et accueillante : le Coq hardi est une table connue des Grenoblois depuis 1934. Les plats du jour ont la cote et les grandes salades aussi. Quant à la fondue savoyarde, elle se déguste dans le . resto éponyme, entre copains, de préférence l’hiver après une journée de ski. Même scénario dans le resto La Ferme à Dédé. Et pour un point de vue unique sur la ville, rendez-vous au au Téléférique, une table perchée à 476 mètres d’altitude.
Mais Grenoble a aussi ses tables gastronomiques, comme le Fantin Latour, le Mas Bottero, le Sens, qui se dit « atelier culinaire », le Mandala ou encore l’étonnant « restaurant à vins » Le Goût des autres, où les produits frais sont à l’honneur, tout comme la carte des vins et ses 230 références. Enfin, un mot des brunchs grenoblois : celui de au Pain & cie est l’un des meilleurs et des plus copieux de la ville. Il mêle panier de pains variés, viennoiseries, confiture, jus de fruits pressés à la minute, œufs, salade, yaourt et boisson chaude. Il est proposé chaque samedi et dimanche, ainsi que les jours fériés.
Rechercher

Flaner à Grenoble

Découvrir Grenoble, c’est avant tout se balader dans les rues, sur les places, flâner au gré de ses inspirations, se laisser porter, entraîner par l’atmosphère et les secrets de la ville. Et ce d’autant que la capitale du Dauphiné, ex cité gallo-romaine, abrite un patrimoine d’une grande richesse. Ainsi peut-on démarrer du côté des vestiges de la première enceinte de la ville, bâtie entre 286 et 293 après J.-C. Puis, escale à la collégiale Saint André, édifiée à partir de 1228 par le dauphin Guigues VI. On avance dans le temps et dans la ville : le couvent Sainte Cécile, fondé en 1624, aujourd’hui siège des éditions Glénat ; la place Grenette, emblématique depuis le 17ème siècle ; la place de Gordes créée en 1791 ou encore les cours anciennes de la rue Chenoise. Pour les points de vue sur la ville, il faut prendre le fameux téléphérique. Direction : la Bastille, le fort militaire qui culmine à 476 mètres d’altitude et domine de 266 mètres la ville. Avec une étape au belvédère Vauban et sur la Terrasse des géologues, sous laquelle des expos d’art contemporain sont également présentées.
Grenoble, ville d’histoire, donc. Mais aussi ville verte. En effet, elle ne compte pas moins d’une cinquantaine de parcs, jardins et squares : du sur mesure pour flâner, se détendre, se relaxer. Parmi les sites à ne pas manquer : le Jardin de Ville, public depuis 1719 et pourvu de somptueux parterres à la française. Le parc Paul Mistral et ses 21 hectares –dont la moitié sont végétalisés- est, pour sa part, le plus vaste de Grenoble. Le parc Jean Verlhac, au cœur de Villeneuve, dispose d’un bassin de 4 000 m2, avec cascades et massifs de fleurs. Quant au parc Pompidou, créé en 1987 par Daniel Jarry, il s’articule autour d’un grand bassin, une aire de pétanque, un terrain multisports et une multitude de jeux pour les enfants. Enfin, le jardin des Plantes est une curiosité pour les petits, comme pour les plus grands : son cours d’eau le sépare en deux, avec d’un côté des parterres à la française, de l’autre, un jardin à l’anglaise. Ajoutons à cela 300 m2 de serres botaniques, 700m2 de jardin d’hiver, des arbres centenaires, ainsi qu’une sublime roseraie : idéal pour s’évader et rompre, un moment, avec l’agitation de la ville.
Les plus urbains quitteront Grenoble pour aller découvrir Lyon ou Valence, toutes proches. Les amateurs de ski, pour leur part, fileront évidemment vers les Alpes, dès les premières neiges. Quant aux fans de nature et de grands espaces, ils préfèreront s’aventurer, à pied –bien équipés- dans les parcs naturels et autres montagnes voisines : Chartreuse (Dent de Crolles, La Cochette…), Vercors (Col vert, Plateau de la Molière…), Belledonne (lac du Crozet, le grand Rocher…). Ces sites d’exception sont jalonnés de sentiers de randonnée, dont la majorité peuvent être appréhendées par les amateurs comme par les plus aguerris, par les enfants comme par leurs parents. Bien sûr, l’hiver, c’est ici que l’on chausse ses skis pour descendre les pentes enneigées. Les stations des Alpes du Dauphiné sont nombreuses entre le massif de Belledonne, le plateau du Vercors et le massif de l’Oisans, idéalement situé entre Grenoble et Briançon, au pied de la Meje, des Deux Alpes et de l’Alpe d’Huez. Les plus avides de sensations fortes peuvent, en outre, s’adonner à l’alpinisme, en s’attaquant notamment aux arêtes du Néron, au Mont Aiguille ou encore au Grand Pic de Belledonne.
Et pour quelques belles journées de farniente, notamment aux beaux jours, rien de tel qu’une escapade au lac du Goléon, au lac du Vallon, ainsi qu’au pied de la cascade de l’Oursière. Plus insolite : passer la nuit en pleine montagne dans une cabane, c’est possible. au Grenoble Montagne, un service de la ville de Grenoble, en a recensé plusieurs : une façon originale de se déconnecter de la ville et du train-train quotidien.
Enfin, la région grenobloise compte plusieurs bases de loisirs, pour se changer les idées, se dépenser et s’amuser. La plus connue est celle du au Bois Français. Mais au Nautilac est également une adresse pour toute la famille, dès le retour des beaux jours : ici, sur la plage de Paladru, on peut non seulement se baigner, mais également pratiquer bateau à pédales, canoë, kayak, paddle surf, plongée ou encore aviron.
1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7